mardi 5 mars 2019

Telecharger TCC et neurosciences pdf



TCC et neurosciences pdf 

Lucrèce fut pour moi un passage de comète lumineux dans un ciel noir, TCC et neurosciences pdf une longue traînée de feu qui n’en finit pas de m’éblouir. Qu’on puisse être moral sans dieu, qu’on puisse penser le monde en faisant l’économie de tout arrière-monde, Telecharger TCC et neurosciences pdf qu’on puisse estimer riche et vaste la seule poésie de ce qui est, qu’on puisse ne pas craindre les dieux ou la mort, pdf TCC et neurosciences qu’on puisse ramener la puissance de la multiplicité à l’énergie de l’atome, qu’on puisse faire du désir et de l’amour des affaires de particules, qu’on puisse mélanger la pensée et la poésie, telecharger pdf TCC et neurosciences qu’on puisse être un Romain comme un antidote au chrétien, voilà qui sidérait le jeune garçon que j’étais. Je n’avais pas vingt ans, TCC et neurosciences telecharger pdf je découvrais que ma vie pouvait avoir un sens et que ce sens, c’était l’épicurisme. Mais Lucrèce ce fut aussi pour moi le passeur de Lucrèce. Donc Lucien Jerphagnon. Pour ce que j’en sus dans le cadre des cours (l’homme privé en était un autre, et je l’ai connu aussi), TCC et neurosciences epub pdf Lucien Jerphagnon était, comme Pierre Hadot, un curé défroqué ayant trouvé un refuge spirituel dans l’Antiquité. La récente publication d’un roman de jeunesse intitulé L’Astre mort (2007), TCC et neurosciences livre pdf grâce à l’incroyable piété de sa fille Ariane, a montré un Jerphagnon torturé, tourmenté, grave, inquiet, anxieux, troublé. Ce roman caché dans une boîte à double fond, épargné par le feu dans lequel il précipita tant de papiers, découvert par le hasard d’une chute de l’objet par sa fille, Télécharger TCC et neurosciences ebook pdf raconte une âme sombre. L’Antiquité lui fut refuge et salut, douceur et paix – du moins, autant que la paix est possible en général et pour cet homme en particulier. Je savais, bien sûr, quand il était mon maître, qu’il avait eu un passé très catholique ; Télécharger TCC et neurosciences pdf ebook gratuit j’avais acheté pieusement, si je puis dire, ses livres publiés aux éditions Le Vitrail ; il m’avait confié avoir été prêtre.

et il n’a fallu que la méchanceté de quelques-uns pour laisser croire que « l’auteur du Traité d’athéologie n’avait pas supporté que son vieux maître s’occupe de l’édition de saint Augustin en Pléiade et qu’il s’éloigne de lui ! ». L’éloignement eut lieu du fait de son épouse qui, toute sa vie, fut son mauvais génie.

papiers de son époux, brûla ma correspondance avec lui. C’est elle qui créa ce bruit que je n’aurais pas supporté qu’il édite et traduise Augustin ; elle qui interdit que je préface un texte de lui et qui, sur son lit de mort, envisageait de porter plainte contre moi parce que je l’avais fait tout de même ; elle qui fit mettre à la poubelle le formidable bouquet de roses rouges que je lui avais envoyé à l’hôpital quand j’avais su qu’il était en train de mourir – en Romain. 

Télécharger TCC et neurosciences ebook pdf

Quand elle est morte, sa fille a rempli un plein panier de babioles religieuses, médailles, statuettes et crucifix. Que Lucien Jerphagnon ait vécu dans cet univers témoigne combien il a dû demander à l’Antiquité de le consoler… 

TCC et neurosciences telecharger pdf

Augustin en Pléiade était un effet de chaises musicales éditoriales, je raconterai ça aussi le temps venu ; Lucrèce n’était pas vraiment sa tasse de thé intellectuelle, d’autant qu’il préférait le whisky tourbé ; il enseignait aussi Thomas d’Aquin, parce que l’intitulé de sa chaire était de philosophie antique et médiévale. Plus qu’Augustin, Plotin était son homme. 

telecharger pdf TCC et neurosciences

Lucien Jerphagnon donnait un cours sur les Ennéades qui, en creux, racontait sa propre vérité spirituelle : les trois hypostases, la procession ascendante, l’Un-Bien père de l’Être, la matière qui divise, l’éternité identifiable à Dieu, nombre de thèmes plotiniens réjouissaient ce catholique sans Église. 

Telecharger TCC et neurosciences pdf

Platonopolis, la cité idéale selon Plotin, était plus son aspiration secrète que la cité de Dieu. Il m’a aimé ; je l’ai aimé ; je l’aime encore ; lui dirait peut-être, je ne sais, que, bien que mort, il m’aime encore… Et nous ririons alors du fait que tout ce qui nous éloigne nous rapproche. 

TCC et neurosciences pdf

Il se réjouissait en effet qu’athée je sois si chrétien en sachant que lui, si chrétien, soit aussi athée à sa manière. Car s’il aimait Plotin, c’est Rome qu’il préférait (même si Plotin y enseigna), et Rome c’est le contraire d’Athènes. Athènes aime les idées et les concepts, la métaphysique et l’idéalisme. Athènes, et la Grèce avec elle, c’est la Sphère de Parménide et le Nombre de Pythagore.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire