lundi 11 février 2019

Telecharger Si rude soit le début pdf gratuit de Javier Marías

Telecharger Si rude soit le début pdf

Si rude soit le début pdf


une conduite encore plus féroce. Être les filles de ces mères n’a pas été et n’est pas facile. Si rude soit le début pdf Leur subalternité très vive, grossière, douloureuse, traversée par mille projets d’insurrection jamais mis à exécution, Telecharger Si rude soit le début pdf complique aussi bien l’identification que le rejet issu du désamour. pdf Si rude soit le début S’il faut fuir Naples, c’est aussi pour les fuir. Après quoi, seulement, il est possible de voir leur tourment de femmes, telecharger pdf Si rude soit le début de mesurer le poids de la ville masculine sur leurs existences, d’éprouver le remords de les avoir abandonnées et d’apprendre à les aimer, Si rude soit le début telecharger pdf à en faire, comme vous le dites, un levier pour racheter leur sexe caché, repartir de là. La mère de Leda menace sans cesse de s’en aller. Si rude soit le début epub pdf Leda s’en va vraiment, elle réalise le rêve de sa mère. Mais elle rentre chez elle et déclare qu’elle a eu de la chance : elle n’a mis que trois ans pour comprendre, Si rude soit le début livre pdf  alors qu’elle aurait pu ne jamais y parvenir. Les femmes d’aujourd’hui courent-elles ce risque Pour Leda, rentrer chez elle, Télécharger Si rude soit le début ebook pdf  chez ses filles, signifie placer au centre de sa recherche non le pur et simple fait de les avoir engendrées, mais la plénitude de la maternité. Avant, avec sa fugue, elle a tenté de s’émanciper et d’affronter de façon paritaire, totale, le monde des hommes. Télécharger Si rude soit le début pdf ebook gratuit Après, avec son retour, sa vie publique, son travail, ses pensées et ses amours mettent au point ce que je définirais comme l’autorité de la fonction maternelle. Le risque que court Leda me semble résider dans cette question : la femme actuelle que je suis parviendra-t-elle à se gagner l’amour de ses filles, à les aimer, sans être obligée de se sacrifier et donc de se détester ? Vous dites que la relation d’Elena avec sa poupée et avec sa mère renferme une puissance érotique supérieure à celle qu’elle expérimentera par la suite. Cela signifie-t-il que les femmes ont tort de fuir cette relation, de croire qu’elles ratent quelque chose, de ne pas savourer cet érotisme ?.

Je veux dire que, toute notre vie, dans les circonstances les plus diverses, la vapeur érotique que dégageait le corps de notre mère sera pour nous à la fois un regret et un but. Leda a l’impression de voir dans la relation de la petite Elena avec sa poupée une sorte de réduction heureuse de sa relation mère-fille. Mais une réduction demeure une simplification. Et les simplifications sont aveuglantes.  La poupée que vole Leda semble la gardienne d’une maternité apparemment parfaite. Mais il y a dans son ventre un liquide putride, un ver : est-ce l’ambivalence maternelle que nous devons savoir accepter ? Je ne sais pas. 

Si rude soit le début livre pdf 

Dans une première version, le roman insistait sur la matérialité crue de la grossesse, de l’accouchement. Il contenait des passages très durs sur le corps qui se rebelle, sur les nausées, sur les vomissements du matin, sur le gonflement du ventre, des seins, sur le martyr initial de l’allaitement. J’ai atténué tout cela. Mais je demeure convaincue qu’il faut également décrire le versant sombre du corps gravide, qui a été négligé pour mieux souligner le versant lumineux, de Mère de Dieu. Il y a dans l’histoire de Leda une femme enceinte, Rosaria. Membre de la Camorra, elle ne possède ni finesse physique ni pensée. 

Telecharger Si rude soit le début pdf ebook

Aux yeux de Leda, femme cultivée, sa maternité est grossière, inintéressante. Mais les lecteurs découvriront, page après page, que c’est justement du monde de Rosaria que se dévide un fil de fureur. Nous avons tendance à écarter tout ce qui nous interdit la cohérence, or un roman n’a pas à être cohérent ; mieux, c’est de l’incohérence qu’il doit se nourrir. Le mot « répulsion » revient souvent dans Poupée volée. Les insectes, la cigale, les lézards, les mouches et le ver accentuent l’écœurement de fond. Que signifie ce dégoût ? Pour Leda, tout ce qui renvoie à notre nature animale est répugnant. La relation que nous entretenons avec les insectes, avec les êtres rampants, avec toute la matière.

Si rude soit le début pdf ebook gratuits

Les animaux nous effraient, nous dégoûtent, nous rappellent – comme la grossesse lorsqu’elle nous transforme brusquement, nous rapprochant de notre animalité – l’instabilité des formes que la vie adopte. Mais ensuite – beaucoup plus que les hommes –, nous les hébergeons parmi nos mots, nous en prenons soin comme autant d’enfants, balayant l’épouvante et le dégoût au moyen de l’amour. 

Ebook gratuit : Si rude soit le début pdf 

En ce moment, j’essaie d’écrire une petite histoire qui tourne autour de la répulsion-attirance des femmes pour le monde animal, et donc pour l’animalité de nos propres corps. J’aimerais raconter de façon significative comment une femme s’approche, par besoin de soigner, par amour, du côté répugnant de la chair, de ces zones où la médiation de la parole est faible. Nous éprouvons du dégoût, bien sûr, c’est le dégoût que provoquent les tabous. 

Telecharger Si rude soit le début pdf epub gratuit

Mais nous avons aussi la capacité d’aller très loin, dans les contacts avec la matière vivante, là où le langage, réticent, laisse un espace, entre l’obscénité et la terminologie scientifique, où tout peut arriver. Leda dit à Nina que, depuis l’époque de sa jeunesse, « le monde ne s’était pas amélioré du tout, il était même devenu plus hostile avec les femmes ». Qu’entendez-vous par là ? Je pense que l’élan vers l’égalité nous a conduites à rivaliser avec les hommes, mais aussi entre nous, accroissant la férocité des relations femme-homme et femme-femme.

Telecharger Si rude soit le début pdf ebook gratuit

 En réprimant la différence sexuelle au nom d’un égalitarisme artificiel, nous risquons de la repousser dans de vieux rôles à peine retouchés ou de l’effacer par opportunisme. Bref, le patriarcat – je le dis avec rage – me paraît plus vivant que jamais. Il tient solidement la planète entre ses mains et, chaque fois qu’il le peut, s’acharne à transformer les femmes en chair à canon. Les vérités que nous avons mises au jour ont cependant engendré des changements, il est impossible de le nier. Mais, comme j’écris des romans, je me méfie des mots qui classent les choses selon une belle cohérence et je surveille les choses qui ignorent la vérité des mots.

Pdf : Si rude soit le début ebook gratuit

Pensez-vous que cette passion, cette façon de se défaire de sa propre frantumaglia pour se reconstruire, constitue un passage inévitable dans la vie des femmes, analyse ou pas ?  Il l’a été chez les femmes dont j’ai été très proche. Dans certains cas, il m’a semblé que l’impression d’être littéralement rompue pouvait être ramenée à cette sorte de fragmentation originelle qui consiste à mettre au monde-venir au monde. Je parle de la sensation d’être mère, au prix d’expulser un fragment vivant de son propre corps ; je parle de la sensation d’être fille en tant que fragment d’un corps entier et inégalable. Leda est le fruit explicite de cette suggestion. 

Telecharger pdf Si rude soit le début ebook gratuit illegal

Votre écriture laisse entendre que les fantômes et la chair, ce qui se produit, ce qui pourrait arriver et les souvenirs occupent le même plan, possèdent une réalité d’une même densité. Cette indistinction est-elle un espace féminin ? Est-ce une écriture féminine ? : J’ignore s’il s’agit d’une écriture féminine. Dans mon expérience en tout cas, le mot est toujours charnel. Le moment où j’ai le plus de plaisir à écrire est celui où je sens que l’histoire n’a besoin ni de préambule ni de perspective. 

pdf Si rude soit le début ebook gratuit

Elle existe, elle est là, je la vois et la sens, c’est un monde de matière vive, de souffle, de chaud et de froid. Moi-même qui écris, j’ai les doigts sur les touches de l’ordinateur et me trouve en même temps dans la plénitude de ce monde-là, je me laisse emporter par son tourbillon qui entraîne tout, sans avant ni après. Au fil des ans, je dois l’admettre, je me suis rapprochée de l’idée selon laquelle la vraie écriture est celle qui naît d’une percée, d’une condition extatique. Mais je constate souvent qu’on imagine l’extase comme une désincarnation. L’extase de l’écriture ne consiste pas à sentir le souffle du mot qui se libère de la chair, mais la chair qui fait un tout avec le souffle des mots.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire