jeudi 14 février 2019

Telecharger Sauve qui peut (la révolution) pdf gratuit de Thierry Froger

Telecharger Sauve qui peut (la révolution) pdf


On est loin des menus gargantuesques associés aux Romains, Sauve qui peut (la révolution) pdf  des tables recouvertes de produits de luxe, des recettes extravagantes qui convoquent des tétines ou des vulves de truie farcies, Telecharger Sauve qui peut (la révolution) pdf sinon des sangliers fourrés aux lièvres eux-mêmes remplis de petits oiseaux, ou de ces plats confectionnés avec rien d’autre que des langues de passereau… pdf Sauve qui peut (la révolution)  La débauche, l’orgie, la bacchanale, la saoulerie n’entrent évidemment pas dans la composition du menu de l’otium. telecharger pdf Sauve qui peut (la révolution)  Dans une lettre qu’il écrit à Genitor, Pline commente le courrier de son interlocuteur dans lequel celui-ci se plaignait d’un dîner somptueux au cours duquel il s’était ennuyé « à cause des bouffons, Sauve qui peut (la révolution) telecharger pdf des mignons, des fous qui évoluaient parmi les tables ». Sauve qui peut (la révolution) epub pdf Pline atteste qu’il n’y a rien de tout cela chez lui, bien sûr, mais qu’il le supporte avec philosophie. Sauve qui peut (la révolution) livre pdf Pourquoi n’a-t-il pas cela chez lui ? « Parce que je ne m’amuse pas comme d’une chose surprenante et drôle des propos obscènes d’un mignon, Télécharger Sauve qui peut (la révolution) ebook pdf  des impertinences d’un bouffon, des inepties d’un fou. » Le plaisir des uns est le déplaisir des autres : Télécharger Sauve qui peut (la révolution) pdf ebook gratuit tel apprécie l’orgie qui ne goûte pas le raffinement ou la délicatesse d’un plaisir subtil. Pline conclut qu’il faut tolérer le goût des autres afin qu’ils tolèrent le nôtre et celui de nos amis. Nous sommes loin ici de la caricature d’une Rome dans laquelle les banquets sont des occasions de bâfrer, de s’arsouiller jusqu’à n’être plus qu’un déchet – comme chez Pétrone… 

Le péplum convenu consiste à présenter les Romains comme des gens qui se goinfrent, se gavent, se remplissent de nourriture et de vins en quantité, avant d’aller vomir pour pouvoir recommencer… J’émets l’hypothèse que cette caricature du Romain qui mange comme un animal relève du vieux dispositif qui discrédite Rome contre Athènes et fait de la première un monde dans lequel on mange pour vomir et de la seconde un univers dans lequel on se nourrit à peine pour se soucier des seules Idées pures. D’une part, le festin de Trimalcion dans le Satiricon de Pétrone, d’autre part le Banquet de Platon avec ses discours qui ravissent l’âme tout en oubliant le corps.

Sauve qui peut (la révolution) livre pdf 

Bien sûr, dans la quête de l’hédonisme subtil de l’otium, le nez n’est pas oublié et, compagnon du goût, l’odorat se trouve lui aussi sollicité. Les embruns qui arrivent jusqu’à la maison quand le vent vient du sud portent l’air iodé de la Méditerranée parfumée aux vents de l’Afrique. À quoi s’ajoutent les senteurs créées par la volonté du jardinier : les fragrances sucrées et teintées de girofle de… 

Telecharger Sauve qui peut (la révolution) pdf pdf ebook

la giroflée qui ne se nomme pas ainsi par hasard, l’odeur forte et entêtante de pipi de chat du buis, l’exhalaison du romarin ou, dans une autre propriété, en Toscane, des buissons de roses offrent d’infinies variations olfactives suivant les moments de la journée, selon les saisons, sous la dessiccation du soleil ou dans la souplesse matutinale d’un matin de rosée. Le parfum est un monde ; le monde est un parfum. Enfin, l’ouïe. 

Sauve qui peut (la révolution) pdf ebook gratuits

Il faudrait ici parler des bruits de la ville, du vacarme dans les rues, des cris sur les marchés, du brouhaha sur le forum, de la mort du silence dans les cités, afin de mieux disserter sur les vertus réparatrices du silence, du calme ou des bruits choisis : ceux qui montent de la mer, le sac et le ressac des vagues ; au loin, le meuglement des vaches dont on boit le lait ; le frisselis du vent dans les treilles de la vigne, dans les branches du figuier ou dans les massifs de mûriers ; le chant des oiseaux associé à pareil endroit ; les modulations du vent, des murmures de l’été aux mugissements de l’automne s’approchant de l’hiver. 

Ebook gratuit : Sauve qui peut (la révolution) pdf 

La maison de Pline est construite de façon à laisser venir les bruits ou les masquer, interdire ceux qui gênent, comme les criaillements du personnel lors des Saturnales, et accueillir ceux qui réparent, détendent, adoucissent, calment, reposent – ceux de la mer toujours recommencée ou ceux que le silence enchâsse…

Telecharger Sauve qui peut (la révolution) pdf epub gratuit

L’écriture et la lecture font également partie du programme de l’otium romain. Pline précise que, dans sa maison, il dispose d’une bibliothèque ; il ajoute qu’elle comporte des livres de travail plus que de loisir. Il est question d’une étagère – on eût aimé savoir ce qui s’y trouvait ! Quels livres relevaient du travail et quels livres des loisirs ? 

Telecharger Sauve qui peut (la révolution) pdf  ebook gratuit

Quel travail d’ailleurs ? Celui de l’avocat qu’il était, du sénateur, du consul, du gouverneur impérial qu’il fut aussi ? À moins qu’il ne s’agisse du travail sur soi dans la perspective de l’otium. On imagine mal que, dans ce que nous pourrions nommer sa résidence secondaire, Pline veuille disposer des ouvrages qui lui permettraient de travailler à une plaidoirie ou à un discours au Sénat, une activité qu’il réservait probablement à son bureau de Rome. 

epub : Sauve qui peut (la révolution) pdf  ebook gratuit

Il y avait donc là probablement des livres utiles à la construction de soi ; des philosophes ou des poètes ; des naturalistes peut-être aussi ; des écrits qui permettent de comprendre le monde. Homère et Hésiode ? Platon et Aristote ? Lucrèce et Virgile ? Cicéron et Tite-Live ? Des auteurs dont on a tout perdu aussi, y compris le nom… On ne saura pas… 

Telecharger Sauve qui peut (la révolution) pdf  ebook gratuit illegal

Pline souhaitait parachever son œuvre philosophique avec la présence de son ami Gallus. L’amitié et la lecture entretenaient une relation intime. La lecture muette est tardive. Il faut attendre saint Augustin, qui la pratiquait parmi les premiers, pour constater que, jusqu’à lui, lire de façon silencieuse semblait un prodige – nous sommes alors avec lui au ive siècle de l’ère commune. Le livre coûte cher ; peu savent lire ; posséder des livres permet d’afficher son rang social de la même manière qu’avec des statues ou des beaux meubles ; Pline en a – normal. 

Il écrit des vers de onze pieds – des hendécasyllabes ; il les fait lire en public et demande à ses amis qu’ils les lui corrigent. Au bain, dans la litière qui le conduit de Rome à sa maison, pendant les repas, il compose sur des sujets divers : « des plaisanteries, des jeux d’esprit, de l’amour, du chagrin, des plaintes, des colères ; des descriptions, parfois sans prétention, parfois visant à la grandeur ».

La Naissance des choses de Lucrèce fut composée dans la perspective de ces lectures privées. En témoignent les intertitres qui accompagnent l’ouvrage depuis toujours : ils permettaient au lecteur de retrouver facilement un passage pour en faire la lecture. C’est un genre de table des matières intégré au texte qui le fractionne en autant de morceaux choisis. 

Ainsi, au début du premier livre : « Invocation à Vénus », « Objet du poème », « Épicure a triomphé des superstitions », « Crimes causés par la religion : le sacrifice d’Iphigénie », « Principe fondamental : rien ne naît de rien », etc. Il faut donc imaginer cet ouvrage en vers de Lucrèce comme un texte qui a été lu dans la configuration de l’otium romain. 

Probablement chez Memmius, qui est le dédicataire du poème, en présence de ses amis convoqués pour l’occasion. Il s’agissait donc moins de convertir le commanditaire que de répondre à sa commande : ainsi, La Naissance des choses n’est pas un ouvrage militant destiné à amener ses lecteurs ou ses auditeurs à la vérité de l’épicurisme, mais un prétexte à loisir romain. 

Sauve qui peut (la révolution) pdf ebook gratuit

Car il n’est pas seulement question de la philosophie d’Épicure dans cet ouvrage qui s’avère bien plutôt une encyclopédie du monde susceptible de distraire et d’enseigner, d’amuser et de cultiver la personne qui entend ou lit le texte. L’amitié enfin, sur laquelle je reviendrai longuement, peut aussi s’inscrire dans la perspective de l’otium. 

Pline raconte sa propriété à la façon d’un agent immobilier ontologique : elle est grande, belle, vaste, elle permet des perceptions, des sensations, des émotions magnifiques, elle est un lieu philosophique parce qu’elle rend possible la coïncidence de soi avec soi, elle est un écrin pour une vie sensuelle, autrement dit pour une vie qui jouit des sens dans une logique hédoniste écartant de devoir payer par le déplaisir des plaisirs qui, de ce fait, cesseraient d’en être. Mais il conclut sa lettre en disant que tout cela compte pour rien si son ami n’est pas avec lui, chez lui, pour partager cette douceur de vivre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire