jeudi 14 février 2019

Telecharger Plaidoyer pour Eros pdf gratuit de Siri Hustvedt


Telecharger Plaidoyer pour Eros pdf


Moins vaporeux, moins satiné et plus viril. L’amitié y joue un rôle majeur, Plaidoyer pour Eros pdf  sans forcément qu’il soit question de pédérastie – même si Catulle, Virgile, Horace, Tibulle, Telecharger Plaidoyer pour Eros pdf  Juvénal, Martial sont ambidextres, comme disent les Grecs. Dans la villa des Papyrus, pdf Plaidoyer pour Eros l’otium fait la loi. Dans la baie de Naples, ce lieu fonctionne comme un écrin pour la vie philosophique. Aujourd’hui, telecharger pdf Plaidoyer pour Eros les bruits de la ville contemporaine entrent dans les ruines. Ils ne parviennent toutefois pas à empêcher qu’on imagine cette vie dans laquelle la philosophie est moins un art de penser qu’un art de vivre, Plaidoyer pour Eros telecharger pdf moins une occasion de verbigérer que de pratiquer. On y mange simple, sain, sobre et frugal : les oliviers fournissent l’huile ; Plaidoyer pour Eros epub pdf les pêcheurs vendent sur le port ce que leurs filets ont remonté ; Plaidoyer pour Eros livre pdf  le raisin donne un vin léger ; le pain est préparé avec le blé venu d’à côté ; Télécharger Plaidoyer pour Eros ebook pdf il est cuit dans un four qui parfume alentour ; la viande grillée est celle des animaux de la ferme. Le repas est une fête. On y vit l’amitié avec des compagnons qui partagent les nourritures matérielles, bien sûr, mais aussi les nourritures spirituelles : Télécharger Plaidoyer pour Eros pdf ebook gratuit la conversation, la lecture, le dialogue. Une bonne place est en effet donnée à la philosophie et à la poésie, aux sciences aussi – car la vie des plantes et des étoiles, celle des arbres et des animaux sont autant d’occasions de savoir ce qu’est le monde afin d’y trouver sa bonne et juste place, donc de s’y installer avec sérénité. La vie est une fête. On y évolue dans un décor artistique où ce qui tombe sous les yeux, la majesté naturelle de la mer vue du promontoire tout autant que la beauté culturelle des œuvres d’art choisies par le propriétaire contribuent à élever l’âme vers le sublime. La beauté est une fête. * Le lieu est aussi une fête. Je songe à une lettre (II.17) que Pline le Jeune envoie à Gallus et dans laquelle il lui explique pourquoi il aime tant sa propriété de Laurente située.

d’une vingtaine de kilomètres de Rome. Ce lieu fonctionne en antithèse de la cité : on y trouve les bonheurs du rat des champs ignorés par le rat des villes. L’otium appelle la campagne. Dans les villes, on trouve des loisirs : le théâtre, le cirque, l’arène, les hippodromes, les stades, les thermes ; mais tout cela s’accompagne de bruit, de passions malsaines, de sueur, de sang. Sait-on par exemple que, sur scène, lors d’une représentation théâtrale, on peut sacrifier en direct la vie d’un esclave pour les besoins de la dramaturgie ? 

Plaidoyer pour Eros livre pdf 

À Rome il faut craindre les incendies qui emportent des quartiers tout entiers, les brigands qui égorgent pour quelques pièces, les malfrats qui vivent de rapine et de prostitution, les mauvais coups en tout genre, les accidents de la circulation à cause de voitures emmenées au galop, les encombrements aux sorties des spectacles, les artisans qui énervent Sénèque – les coups en provenance des boutiques du charpentier ou du serrurier, les cris des marchands de trompettes ou de flûtes. 

Telecharger Plaidoyer pour Eros pdf ebook

Martial et Juvénal ne perdent pas une occasion de raconter la vie romaine entre boue et saleté, crasse et cris, misère et voleurs, bruits et bousculades. D’où l’intérêt de quitter la ville au profit du calme de la nature. L’éloignement de la cité, ni trop ni trop peu, permet à Pline d’y travailler dans la journée et de se reposer le soir à la campagne. Pour y parvenir, un chemin de sable traverse des paysages variés – des bois, des prairies dans lesquels paissent des moutons, des chevaux, des bœufs descendus des montagnes.

Plaidoyer pour Eros pdf ebook gratuits

 Pline le Jeune décrit sa maison : l’atrium simple mais agréable ; la cour pleine de charme et la colonnade ; les baies vitrées et les toits qui permettent de se protéger du vent ou du soleil, de la pluie ; une autre cour bien éclairée ; une « salle à manger bien décorée avec vue sur la mer : les embruns et les vagues arrivent jusque-là quand le vent souffle du sud. Des portes et des baies vitrées permettent de jouir du panorama en face de soi et sur les côtés comme s’il y avait trois mers ». D’une autre cour on peut découvrir un paysage.

Ebook gratuit : Plaidoyer pour Eros pdf 

Des chambres avec de bonnes expositions et de bonnes fenêtres. Dont une « laisse passer le soleil levant, l’autre retient la lumière du couchant. On aperçoit encore la mer, mais de loin et à l’abri des vagues ». Une pièce épargnée par le vent, dans laquelle entre la lumière garde la chaleur – « c’est mon quartier d’hiver et le terrain de sport de mes gens », écrit-il… Une autre a été construite pour que celui qui s’y trouve assiste à la totalité de la course du soleil dans la journée. 

Telecharger Plaidoyer pour Eros pdf epub gratuit

Les chambres sont chauffées par des conduites d’air chaud qui adoucit la température. Une bibliothèque contient des livres pour le travail, l’édification de soi – pas pour les loisirs. Toutes les pièces sont exposées de façon à nourrir les hôtes de la lumière du soleil. Pour son seul usage, Pline disposait d’un complexe aquatique impressionnant : « Une salle avec deux bassins d’eau froide arrondis qui semblent sortir du mur, assez spacieux si l’on songe que la mer est tout près, ensuite la salle de massage, l’hypocauste, l’étuve, puis deux pièces arrangées avec plus de goût que de luxe. 

Telecharger Plaidoyer pour Eros pdf  ebook gratuit

Le bain chaud qui lui fait suite est magnifique : on voit la mer en nageant et on peut même jouer à la balle un peu plus loin ; il y fait encore chaud en fin d’après-midi. » Plus que tout autre peuple, les Romains ont porté l’art des eaux à leur perfection. Ailleurs se trouvent des salles à manger exposées vers la lumière et toujours bien dirigées vers les paysages : du premier ou du second étage, on y voit la plage, la mer, quelques autres villas luxueuses. 

Pdf : Plaidoyer pour Eros ebook gratuit

Une pièce sert à entreposer les vins. Cette maison, bien sûr, a été construite dans un jardin. Comme l’art des eaux, les Romains portent l’art des jardins à un sommet en Occident. Pline décrit une allée bordée de buis ou de romarin ; une tonnelle couverte de vigne qui apporte de l’ombre dans la fraîcheur de laquelle on peut marcher pieds nus ; des mûriers et des figuiers ; un jardin potager qui permet l’autarcie alimentaire. Des giroflées. Les Romains ont été de remarquables architectes. Le bâtiment est toujours une pensée.

Qu’on se souvienne des livres de Vitruve et de Fronton. Pline le Jeune décrit un cryptoportique, une galerie couverte enfouie dans le sol, voûtée et monumentale – elle a, écrit-il, « la taille d’un bâtiment public ». Elle garde la fraîcheur et ventile à merveille. Les vents sont arrêtés à l’extérieur pendant que la chaleur reste à l’intérieur. Les courants d’air obtenus avec les ouvertures produisent les températures adéquates. 

Telecharger pdf Plaidoyer pour Eros ebook gratuit illegal

Les ombres des bâtiments abritent d’un soleil trop brutal. Dans cette immense propriété, Pline a fait construire comme une cabane – elle est la quintessence du lieu : « Au bout de la terrasse et du passage couvert il y a un pavillon que j’adore, oui, je l’adore vraiment ; c’est moi qui l’ai aménagé : une pièce toujours au soleil donne d’un côté sur la terrasse, de l’autre sur la mer ; une petite chambre communique avec la galerie couverte et a vue sur la mer. Une charmante alcôve se cache au fond : elle est entièrement vitrée et il suffit de tirer les rideaux pour la transformer en chambre à coucher ; elle renferme un lit et deux chaises. 

On a la mer à ses pieds, la maison derrière soi et la forêt au-dessus de sa tête : par les fenêtres on peut à son gré fixer tel détail du paysage ou embrasser la totalité du panorama. À côté se trouve une chambre pour la nuit. Ni les éclats de voix des jeunes esclaves, ni le bruit de la mer, ni les changements de temps, ni les éclairs qui sillonnent le ciel ne parviennent jusque-là, sauf si on ouvre les fenêtres. » 

pdf Plaidoyer pour Eros  ebook gratuit

Puis ceci : « Quand je me retire dans ce pavillon, je me sens loin de tout, même de chez moi ; je m’y plais surtout à l’époque des Saturnales quand le désordre et le bruit remplissent ma maison : je laisse mes gens s’amuser tranquillement et ils me laissent travailler de même. » Pline conclut sa lettre en vantant les mérites du village à côté : des bains publics à toute heure, des soles et des crevettes vendues par les pêcheurs, des légumes et du lait, de magnifiques paysages. Puis il écrit à Gallus : « Si tu n’as pas envie de venir, c’est que tu aimes trop la ville.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire