lundi 11 février 2019

(Ebook gratuit) Télécharger Chaman epub gratuit


Télécharger Chaman epub


Olga traverse justement cette sensation de vide qui n’est pour son mari qu’une misérable justification. Chaman epub Nous devons en mesurer tout le poids au moment où elle sort de la crise et constate que son amour pour Mario a pris fin. 3. Il faut certes que le personnage de la pauvrette revête un rôle de premier plan dès le début. Telecharger Chaman epub  Mais il me semble que l’hallucination du tunnel se présente trop tôt, alors qu’Olga n’a pas encore entamé sa véritable descente aux enfers. Cela contribue à la fragiliser tout de suite et restreint la possibilité de relater sa crise in crescendo. epub Chaman La solidité initiale d’Olga renforce, il est vrai, l’effet dramatique de son écroulement. Il vaudrait donc mieux que le souvenir de la femme morte se fraie laborieusement un chemin en elle, avant de « surgir » et d’agir comme un double. telecharger epub Chaman Je disais que le scénario a largement utilisé le livre. Cependant, il en a omis un élément essentiel : le moment où la femme confie à sa fille un coupe-papier et lui demande de la piquer avec chaque fois qu’elle lui voit l’air absent. Chaman telecharger epub Cette exigence traduit deux idées majeures : Olga entend résister de toutes les façons possibles à la menace de la perte de soi ; pour réagir, elle ne peut compter que sur ce petit être de sexe féminin qui la suit dans l’appartement, Chaman pdf epub tiraillé entre le dévouement et l’hostilité. Je n’ai pas bien compris pourquoi ce passage a été écarté. Dans mon livre, la relation mère-fille est extrêmement importante. Chaman livre epub Le chien : il faudrait peut-être souligner son lien intense avec Mario, avec les affaires de Mario. Le négliger ou le minimiser risque de simplifier la relation d’Olga avec Otto et d’atténuer le drame que constitue la mort de l’animal. 6. Carrano : sa figure devrait être plus inquiétante au début (non bagarreuse : inquiétante ; aussi inquiétante que séduisante) et moins douceâtre à la fin. Télécharger Chaman ebook epub Je ne suis pas convaincue par son activisme de sauveur, par le symbolisme du métronome. Je préférerais que le personnage conserve son ambiguïté. Télécharger Chaman epub ebook gratuit J’admets qu’il existe des raisons de représentation, mais je pencherais plus fermement pour une figure.

J’ai vu Gabrielle de Patrice Chéreau et j’ai lu « Le retour » de Conrad, nouvelle dont Gabrielle est tiré. Je me suis interrogée sur le sens de ce « tirer », mais je n’ai pas trouvé de réponse convaincante. Dire qu’un film est inspiré d’un livre ne me satisfait pas non plus. Quant à transduction, ce terme imprononçable, censé indiquer avec plus de précision le passage de l’état de livre à l’état de film, dont on m’a fait mention, il n’apporte à mon avis aucune aide en la matière : il signale une opération de déménagement, rien de plus. 

Télécharger Une ville à soi epub gratuit

J’ai donc pensé : mieux vaut revenir à tirer, à inspirer. Si le film intitulé Gabrielle est tiré de la nouvelle intitulée « Le retour », cela signifie-t-il que la nouvelle constitue un contenant plus vaste que le film ? Ou : le fait qu’un film soit inspiré d’un livre veut-il dire que la page écrite s’exprime à travers le film, comme Apollon à travers la poitrine de la Pythie ? Je ne sais pas. Le spectateur qui regarde Gabrielle et qui a lu « Le retour » reconnaît dès les premières scènes la source littéraire. Il constate aussi, dès les premières scènes, qu’il existe de nombreuses différences entre le film et la nouvelle. 

Télécharger epub Une ville à soi gratuit

Ainsi, la City de Londres s’est effacée devant Paris. Le personnage masculin ne se prénomme plus Alvan, mais Jean, et il est facile de comprendre qu’un Alvan, Londonien fortuné de la fin du XIXe siècle, n’est pas vraiment identique à un Jean, Parisien fortuné du début du XXe. Plus encore, il n’est pas anodin que la nouvelle où une épouse revient après être partie et où un mari ne revient plus après avoir tenté.

Une ville à soi livre epub

Qui est Gabrielle ? Dans la nouvelle, il n’y a pas de Gabrielle. La femme qui, après avoir laissé à son mari une lettre lui annonçant qu’elle le quittait pour un autre homme, se ravise et regagne quelques heures plus tard le domicile conjugal ne porte pas de prénom dans les pages de Conrad, et il est significatif qu’elle n’en ait pas – ceux qui ont lu ce texte savent que le choix de l’anonymat est important. 

Une ville à soi ebook gratuit

Dans ce cas, pourquoi l’épouse sans nom d’Alvan est-elle baptisée Gabrielle dès l’instant où elle devient la femme de Jean ? Pourquoi une histoire de craintes et de tremblements masculins offre-t-elle dans son titre la promesse d’un personnage féminin central ? Pour quelle raison Chéreau donne-t-il un prénom à la femme d’Alvan-Jean et en fait-il carrément le titre de son film ? Ces questions, à mon avis, concernent peu le cinéma et grandement la littérature. 

Une ville à soi ebook epub

Je suis incapable de dire quoi que ce soit sur la psychologie de la littérature, ni même sur la psychologie du spectateur. Mais je n’ai jamais estimé que le fil de l’écriture littéraire constitue un fil d’Ariane à dérouler avec obéissance. Certes, le lecteur se tient à ce fil, qui le guide. 

epub Une ville à soi gratuit

L’association de mots et de phrases est de toute évidence, pour lui, aussi contraignante que la combinaison d’un coffre-fort. Cependant, il n’existe pas de façon correcte de concrétiser la puissance d’une histoire écrite, et les modes d’emploi ne servent à rien, ou presque. La « lecture adéquate » est une invention des universitaires et des critiques. Chaque lecteur tire de l’ouvrage qu’il lit son propre livre – rien d’autre. Les étagères sur lesquelles nous alignons les ouvrages que nous avons lus sont trompeuses. Nous n’y disposons que des titres, des couvertures, des pages. 

Telecharger Maxence Fermine - Une ville à soi pdf gratuit

Mais les livres que nous avons vraiment lus sont des fantômes invoqués par des lectures qui n’obéissent à aucune règle. Autrefois ce dérèglement était une donnée d’ordre strictement privé, elle laissait tout au plus quelques traces publiques dans les pages des lecteurs professionnels. Aujourd’hui, les choses ont changé.

Telecharger Une ville à soi epub gratuit

Par ailleurs, les scénaristes et les cinéastes utilisent de plus en plus fréquemment la littérature comme une rampe de lancement pour leur imagination. Ce matériau ne témoigne avec compacité que d’une seule chose : aujourd’hui encore l’écriture romanesque constitue la demeure la plus accueillante pour le monde tumultueux ou muet des êtres qui ont besoin d’histoires, soit parce qu’ils possèdent la seule faculté de lire, soit parce qu’ils exercent le métier de transducteurs du mot à l’image. 

La force pour l’instant insurmontable de la littérature réside dans sa capacité de créer des organismes palpitants, aux veines desquelles, comme à celles du mythique Asclépios, quiconque a la possibilité de s’abreuver, d’en tirer la vie ou la mort, des œuvres extrêmement puissantes, ou graciles et pâles. Le réalisateur et la scénariste de Gabrielle se sont nourris du « Retour » de Conrad. Or – et c’est naturel – leur lecture a engendré un autre récit, différent du récit originel, même s’il en respecte toutes les étapes et jusqu’à la littérarité. Ce récit est-il encore le récit de Conrad, ou est-il surtout le récit de Chéreau ? Ni l’un ni l’autre.

Telecharger  Une ville à soi - Maxence Fermine ebook pdf gratuit

Je n’y vois pour ma part le récit de personne, bien qu’il soit né de la généreuse hospitalité du texte de Conrad. Chéreau y est entré et a trouvé dans les silences du personnage féminin, dans ses quelques phrases, des stimuli lui permettant d’imaginer qu’il lisait l’histoire d’une femme rebelle et vaincue, désespérée et féroce, écœurée par son mari et par son possible amant, une femme sans amour, étouffée par son rôle d’épouse. 

Télécharger Une ville à soi epub gratuit

En d’autres termes, avant même de réaliser son film, il a tiré de la nouvelle de Conrad une histoire qui n’est pas écrite, qui n’est pas imprimée, qui n’est lisible nulle part. Comme Chéreau, nous lisons tous des livres de personne. En ce qui me concerne, j’ai lu il y a longtemps un « Retour » tout en balbutiements. Les personnages n’y échangeaient que des phrases tronquées : la femme sans nom s’interrompait sans cesse, tout comme son mari Alvan, raison pour laquelle ils se méprenaient, étaient incapables de se comprendre. Leur tentative de rester unis se servait de ces phrases brisées, réticente.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire