samedi 9 février 2019

(Ebook gratuit) Télécharger Prodiges et miracles epub gratuit


Prodiges et miracles epub gratuit

lui permettre de s’accomplir encore en Delia, la transformer en un surplus qui, s’il ne dit désormais plus rien d’Amalia, sert à présent à sa fille pour être pleinement. Prodiges et miracles epub Ce j’étais n’a aucune fonction pathologique. Ce n’est pas – du moins dans mes intentions, tandis que j’écrivais – une perte d’identité. Télécharger epub Prodiges et miracles C’est plutôt une récupération du jeu auquel se livrait la petite Delia dans le sous-sol, quand elle s’amusait avec Antonio et faisait semblant d’être Amalia – mais une récupération qui en renverse la fonction. Prodiges et miracles ebook epub Ce jeu lui est à présent utile pour se dire qu’un aspect terrible de la fillette qu’elle a été est devenu adulte, a été écouté, est en mesure de cohabiter avec ses moments de femme mûre. La solution que Martone a inventée – une simple réponse (« Amalia ») au garçon qui lui demande son nom – m’a paru ce qu’on pouvait faire de mieux dans un film pour réunir tout ce que j’avais essayé de mettre dans ces deux phrases. epub Prodiges et miracles En raison de cette trouvaille et d’autres encore, je me réjouis qu’il ait adapté L’amour harcelant au cinéma. J’espère avoir été exhaustive, dans les limites de mes possibilités, et je suis heureuse d’avoir eu l’occasion de vous parler avec une certaine liberté. J’aimerais que vous considériez ces pages, Prodiges et miracles Telecharger epub qui m’ont coûté un certain effort, comme une sorte de remerciement : en vous qualifiant de fidèle admirateur, vous avez égayé ma journée. Cette lettre, non expédiée (1995), telecharger Prodiges et miracles epub répondait aux questions suivantes de Goffredo Fofi. 

Le film de Mario Martone est très respectueux de votre roman, mais il choisit de séparer nettement le présent du passé (des flash-back), alors que, dans votre livre, tout se déroule au présent à travers les réflexions de Delia. La deuxième différence entre le roman et le film est la suivante : le film explique beaucoup, y compris ce qui était tu ou implicite dans le roman. La troisième, enfin, réside dans la plus grande pudeur (masculine ?) avec laquelle Martone accepte la sexualité de Delia dans la partie consacrée au passé, en accord, semble-t-il, avec la psychologie de Delia enfant. Dans cette partie.

Télécharger Le Philosophe nu epub gratuit

Je suis donc épuisée et, maintenant que le récit est achevé, il me faut reprendre haleine. Comment ? Je l’ignore. En me lançant peut-être dans la rédaction d’un autre livre. Ou en lisant le plus possible d’ouvrages sur le sujet dont traite mon histoire, de façon à me placer à l’écart, de côté, et faire ce qu’on fait pour vérifier la cuisson des gâteaux : y planter un cure-dent, piquer le texte pour déterminer s’il est mûr. Désormais l’écriture m’apparaît comme une longue, exténuante et agréable séduction. 

Télécharger epub Le Philosophe nu gratuit

Les histoires qu’on raconte, les mots qu’on emploie et sur lesquels on travaille, les personnages qu’on tente d’animer ne sont autres que des instruments servant à circonvenir cette chose fuyante, innommée, informe, qui n’appartient qu’à soi et qui constitue toutefois une clef pour toutes les portes, la raison qui explique véritablement pourquoi l’on passe une si grande partie de son existence.

Le Philosophe nu ebook gratuit

Assis à une table, à taper sur un clavier d’ordinateur, à remplir des feuillets. La question que pose chaque roman est toujours la même : s’agit-il de l’histoire appropriée pour saisir ce qui gît silencieusement au fond de moi, cette chose vivante qui, une fois capturée, se répand dans toutes les pages et leur donne une âme ? La réponse est incertaine, y compris quand on va jusqu’au bout d’un roman. 

Le Philosophe nu livre epub

Que s’est-il produit dans les lignes, entre les lignes ? Souvent, après avoir multiplié efforts et plaisirs, on ne découvre rien sur les pages – intrigues, dialogues, coups de théâtre, c’est tout – et l’on est atterré par son propre désespoir. Voilà ce qui m’arrive : au début, j’ai beaucoup de difficultés, l’intrigue a du mal à démarrer, aucun incipit ne me satisfait vraiment ; puis l’histoire s’ébranle, les fragments déjà écrits acquièrent de l’énergie et parviennent à se souder.

Le Philosophe nu ebook epub

alors l’écriture devient un plaisir, les heures m’offrent d’intenses jouissances, les personnages ne me quittent plus, ils possèdent un espace-temps où ils sont vivants, de plus en plus nets, ils existent en moi et au-dehors de moi, ils occupent fermement les rues, les maisons, les lieux où l’histoire est censée prendre forme ; les mille possibilités narratives se sélectionnent d’elles-mêmes.

J’ai lu passionnément de nombreux ouvrages sur le féminisme. En revanche, je n’ai pas d’expérience militante. J’éprouve une grande sympathie pour la pensée de la différence, mais cela concerne davantage ma personne que l’histoire de Delia ou d’Olga. Un roman emprunte son propre chemin, il est le réceptacle de tout et de son contraire, il ne fonctionne que si nous l’autorisons à prendre ce dont il a besoin pour chercher sa vérité. 

Telecharger Joe Meno - Le Philosophe nu pdf gratuit

Je ne crois pas qu’on parvienne à en savoir plus long sur un texte en possédant des informations sur les lectures et les goûts de son auteur. FOFI : Olga semble refuser toute « transcendance », toute dimension de l’existence qui ne soit ni « laïque » ni terrestre, à l’exception de l’hallucination. Pourtant il y a, dans le roman, des fils cachés, des correspondances étranges, des échos de présences ; surtout, il y a en son centre une relation (qui n’est pas sans évoquer une identification primaire) avec un animal, le chien Otto – véritable bouc émissaire dans la structure de l’histoire. 

Telecharger Le Philosophe nu epub gratuit

Est-ce une contradiction ? FERRANTE : Olga est rigoureusement laïque. Mais l’expérience de l’abandon éprouve ses convictions, sa façon d’être, son registre expressif et jusqu’à sa réactivité sentimentale. De ce déchirement s’échappent des rêveries, des croyances, des émotions et des sentiments ensevelis, un primitivisme corporel qui, en effet, tisse des fils difficilement maîtrisables, mais sans approches transcendantes. 

Olga finit par découvrir que le chagrin ne nous rabaisse pas plus qu’il ne nous élève, elle en conclut qu’il n’existe rien, ni en haut ni en bas, qui puisse la consoler. Quant au chien Otto, je ne veux et ne peux en dire que ceci : c’est le personnage, si l’on peut le qualifier de la sorte, qui m’a le plus tourmentée. FOFI : Ce roman sort à un moment de l’histoire de l’Italie dominée par le retour à un « particulier » rustre et utilitariste, ainsi qu’à une sorte d’hypocrisie publique collective, digne d’un téléfilm.

Telecharger  Le Philosophe nu - Joe Meno ebook pdf gratuit

En lisant votre livre, j’ai pensé à la vie qui « fait » écrire, je me suis dit que la durée de la vie et la durée de l’écriture correspondent. Est-ce pour cette raison que vous avez écrit deux livres en l’espace de dix ans ? FERRANTE : Je dois admettre avec un peu de gêne que je n’ai pas écrit deux livres en l’espace de dix ans, j’en ai écrit et réécrit plusieurs. L’amour harcelant et Les jours de mon abandon sont, à mon avis, ceux qui ont le plus remué le couteau dans mes plaies encore infectées, sans distance de sécurité. 

J’ai dépeint aussi, à d’autres moments, des plaies propres ou cicatrisées, je l’ai fait avec le détachement réglementaire et les mots adéquats. Mais j’ai compris ensuite que là n’était pas mon chemin. SCATENI : Toujours à ce propos, votre écriture est concrète, physique, comme si le corps était porteur de paroles. C’est une écriture faite de gestes, de gestes quotidiens, fluidifiés par l’habitude, qui se dépouillent au moment de la « maladie ». Bref, c’est une écriture féminine. Y a-t-il des femmes écrivains (et des hommes) dont vous vous sentez proche ? : Lorsque j’étais très jeune, j’essayais d’écrire de façon virile. 

epub Le Philosophe nu gratuit

Je croyais que les écrivains de haut niveau étaient tous de sexe masculin, et par conséquent qu’il fallait écrire comme un vrai homme. Par la suite, j’ai lu attentivement la littérature féminine et j’ai épousé la thèse selon laquelle il convient d’étudier et d’exploiter tout fragment traduisant la spécificité littéraire des femmes. Il y a quelque temps toutefois, je me suis débarrassée de mes inquiétudes théoriques et de mes lectures, j’ai écrit sans me demander ce que je devais être : homme.

Femme, individu d’un genre neutre. Je me suis bornée à lire de temps en temps, pendant la rédaction, des livres qui me tenaient compagnie de manière non pas flatteuse, mais fructueuse. J’en possède une liste assez longue, je les désigne sous le nom de livres d’encouragement : Adele de Federigo Tozzi, Elles d’Alba de Céspedes, Lettera all’Editore de Gianna Manzini, Mensonge et sortilège ou L’île d’Arturo d’Elsa Morante.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire