lundi 3 décembre 2018

Telecharger Un dimanche de révolution epub gratuit de Wendy Guerra

Telecharger Un dimanche de révolution ebook gratuit

« Sur cette île, la vie privée est comme l’hiver ou la neige, juste une illusion. » Cléo est une poétesse et écrivaine reconnue partout dans le monde sauf sur son île, à Cuba. Là, on la soupçonne de pactiser avec l’ennemi, on la surveille. Ailleurs à New York, à Mexico les Cubains en exil se méfient aussi : elle pourrait bien être une infiltrée. Partout où elle cherche refuge, refusant de renier qui elle est une femme cubaine, une artiste on la traque. Je suis mon île, confie la narratrice au détour d’une page. 
Plongée dans cette immense solitude, Cléo tente de travailler à son nouveau livre : la mort de ses parents l’a laissée exsangue, ses amours battent de l’aile. Alors quand apparaît à sa porte Gerónimo, un acteur hollywoodien qui prépare un film sur Cuba et détient des informations bouleversantes sur sa famille, sa vie bascule. Tour à tour enquête puis véritable quête, vertigineuse histoire d’amour mais aussi chronique d’une vie dans un Cuba où le régime à bout de souffle s’immisce dans le quotidien jusqu’à l’absurde, Dimanche de révolution dresse un portrait sensuel, aimant et corrosif d’une génération bouillonnante de vie et de créativité mais toujours écrasée par les soubresauts de cette révolution castriste qui n’en finit pas d’agoniser. 
L’auteur, dans le style remarquable de poésie qui la caractérise, capte admirablement l’entrelacs qui s’opère sans cesse entre événements personnels et histoire nationale, entre petite histoire et grande Histoire. Son roman, tout en livrant une charge vibrante contre le Cuba policier, ouvre l’espoir d’une échappée par les arts et l’écriture. Une lecture éblouissante, d’une grande sensibilité.






Je suis piégée. Je ne me vois pas lui répondre par la négative. Il ne me reste plus qu’à lui servir un apéritif. Je m’affaire dans la cuisine et bien que d’habitude il a la fâcheuse manie de me suivre dans toutes les pièces, aujourd’hui il se tient sagement dans le salon. Je suis tendue quand je dépose le plateau sur la table entre nous. J’ai l’impression qu’il n’est pas plus à l’aise que moi, ce n’est pas dans ses habitudes de se taire et de baisser les yeux. Embarrassée, je n’arrive pas à trouver un sujet de conversation anodin. Il ne m’en laisse pas le temps. 

Un dimanche de révolution epub gratuits

— Je me suis arrêté parce que je voulais te voir seule. Je souhaitais te présenter des excuses pour mon comportement inadéquat envers toi. Tu dois me prendre pour un gros lourd ! — Puisque c’est toi qui le dis. Oui, tu m’as souvent mise mal à l’aise. — J’ai joué au tennis avec François, hier. Nous en avons discuté. Je n’avais pas besoin de lui pour savoir que mon comportement n’était pas adapté, mais je n’avais pas conscience qu’il pouvait embarrasser la gent féminine. François m’a informé que tu n’appréciais pas ma compagnie. 

Telecharger Un dimanche de révolution pdf epub gratuit

— Je n’irai pas jusque-là, mais disons que tes manières insistantes en présence de ton épouse me gênent tout autant pour moi que pour elle. — Donc si Catherine n’existait pas, cela ne te dérangerait pas, lance-t-il les yeux pleins de malice. — Attention, tu dévies encore ! — Excuse-moi ! Je change de sujet ! Tu joues au tennis ? Une demi-heure plus tard quand il me quitte, alors que nous avons parlé de tout et de rien, je n’ai perçu aucun sous-entendu. Nous sommes même convenus de nous affronter sur un court à mon retour de Paris. Cette petite visite m’a fait découvrir un homme charmant et plein d’humour. Comment peut-il être si différent en l’absence de sa femme ? Je n’en reviens pas. D’avoir pu me détendre en sa présence m’a également permis d’apprécier son physique. Jusqu’ici, obnubilée par l’obligation de le fuir consciencieusement lors de nos précédentes rencontres, je ne m’étais même pas aperçue que sa stature imposante, ses cheveux poivre et sel fournis et son regard profond en faisaient un très bel homme.

Un dimanche de révolution (2018) epub gratuits

Advienne que pourra ! Je savoure le désir que je fais naître. Je me dis qu’à 50 ans, je dois cultiver cette séduction. J’ai repris goût au plaisir de se parer et tout à l’heure avant de monter dans ce train, je me suis offert une matinée « shopping ». Quoi de plus valorisant que de découvrir son reflet avec des vêtements ultra-féminins ? J’ai dévalisé une boutique de lingerie. J’ai même osé m’acheter un porte-jarretelles. L’image que me renvoyait le miroir de cette cabine intimiste m’a plu. Mes cuisses raffermies par les kilomètres de marche et de course à pied le long des chemins de Brocéliande ressemblent à celles de mes 25 ans. Après ces essayages, je suis entrée dans le premier magasin de chaussures que j’ai trouvé. Le besoin de porter des talons aiguilles s’imposait pour parfaire ma féminité. En quittant Rennes, j’ai pris conscience que pour la première fois de ma vie, je m’étais habillée exclusivement pour moi-même. 

Ebook gratuit : Un dimanche de révolution pdf

J’ai envie de me plaire. Je n’ai pas pensé aux regards masculins, je me suis voulue belle. Aujourd’hui, je peux dire que j’aime avoir 50 ans. C’est d’un pied conquérant que je descends du train à Montparnasse. À peine, ai-je marché quelques mètres, qu’un homme s’écarte pour me laisser passer en posant sur moi un regard admiratif. Avant que j’atteigne le bout du quai, j’ai déjà été gratifiée du sourire charmeur de trois autres spécimens masculins. Je n’en reviens pas. Je pensais que ce type d’hommages n’était réservé qu’aux midinettes. Anthony et Benjamin m’attendent au point de rencontre. Ce soir, nous dînons tous les trois au restaurant avant que je m’installe dans la chambre d’amis chez Isabelle. Je ne souhaitais pas envahir l’intimité de mes enfants. Leurs compagnes n’apprécieraient peut-être pas de croiser belle-maman au petit-déjeuner. Si je veux entretenir de bonnes relations avec eux, je dois respecter leur vie privée. Je suis déjà ravie de l’accueil qu’ils m’ont réservé : — Mais, tu as rajeuni ! La campagne te réussit. Si même mes fils prennent le temps de regarder leur mère comme une femme, je ne peux que m’incliner, je resplendis ! La conversation va bon train. Mes garçons, sevrés de leur maman, en profitent pour me raconter l’un après l’autre.

Un dimanche de révolution epub ebook gratuit

Advienne que pourra ! Je savoure le désir que je fais naître. Je me dis qu’à 50 ans, je dois cultiver cette séduction. J’ai repris goût au plaisir de se parer et tout à l’heure avant de monter dans ce train, je me suis offert une matinée « shopping ». Quoi de plus valorisant que de découvrir son reflet avec des vêtements ultra-féminins ? J’ai dévalisé une boutique de lingerie. J’ai même osé m’acheter un porte-jarretelles. L’image que me renvoyait le miroir de cette cabine intimiste m’a plu. Mes cuisses raffermies par les kilomètres de marche et de course à pied le long des chemins de Brocéliande ressemblent à celles de mes 25 ans. Après ces essayages, je suis entrée dans le premier magasin de chaussures que j’ai trouvé. Le besoin de porter des talons aiguilles s’imposait pour parfaire ma féminité. En quittant Rennes, j’ai pris conscience que pour la première fois de ma vie, je m’étais habillée exclusivement pour moi-même. 

Un dimanche de révolution ebook gratuit

J’ai envie de me plaire. Je n’ai pas pensé aux regards masculins, je me suis voulue belle. Aujourd’hui, je peux dire que j’aime avoir 50 ans. C’est d’un pied conquérant que je descends du train à Montparnasse. À peine, ai-je marché quelques mètres, qu’un homme s’écarte pour me laisser passer en posant sur moi un regard admiratif. Avant que j’atteigne le bout du quai, j’ai déjà été gratifiée du sourire charmeur de trois autres spécimens masculins. Je n’en reviens pas. Je pensais que ce type d’hommages n’était réservé qu’aux midinettes. Anthony et Benjamin m’attendent au point de rencontre. Ce soir, nous dînons tous les trois au restaurant avant que je m’installe dans la chambre d’amis chez Isabelle. Je ne souhaitais pas envahir l’intimité de mes enfants. Leurs compagnes n’apprécieraient peut-être pas de croiser belle-maman au petit-déjeuner. Si je veux entretenir de bonnes relations avec eux, je dois respecter leur vie privée. Je suis déjà ravie de l’accueil qu’ils m’ont réservé : — Mais, tu as rajeuni ! La campagne te réussit. Si même mes fils prennent le temps de regarder leur mère comme une femme, je ne peux que m’incliner, je resplendis ! La conversation va bon train. Mes garçons, sevrés de leur maman, en profitent pour me raconter l’un après l’autre

Telecharger Un dimanche de révolution epub gratuit

beaucoup de visites. Je suis la candidate idéale pour tromper sa solitude. Tout en respectant les règles de la bienséance, je n’ai absolument pas prévu de me transformer pour les jours à venir en dame de compagnie bénévole. Ce matin, après notre premier entretien, j’aviserai de la suite à donner. Dans tous les cas, j’accepterai une seconde rencontre par courtoisie, mais s’il ne m’apprend rien, j’en resterai là. Je n’ai pas l’intention de m’éterniser à Paris. De plus, il existe des activités plus agréables que celle de perdre son temps avec un vieillard inconnu. Dans la salle de bains, je me surprends à m’apprêter comme si j’allais à un rendez-vous galant. Pourtant, la situation ne peut se comparer à une rencontre amoureuse. Force est de constater que la nouvelle Nathalie a envie de se sentir belle pour elle-même. Mon escapade d’hier dans les boutiques rennaises m’a révélée, et j’ai particulièrement apprécié les regards masculins dès ma descente du train. En marchant dans Paris, aujourd’hui, je veux pouvoir m’admirer dans chaque vitrine que je longerai. 

Telecharger Un dimanche de révolution livre pdf epub gratuit

À 10 h précises, je sonne à la porte du commandant Giraud. Une femme entre deux âges m’accueille en se présentant comme étant la dame de compagnie. Un bon point, c’est déjà qu’il n’attend pas ma visite pour pimenter sa solitude. Dans le salon, je me retrouve face à un homme assis dans un fauteuil roulant, mais installé droit comme un i. Immédiatement, je vois en lui l’ancien militaire entraîné au garde-à-vous et qui refuse la décrépitude liée à la vieillesse. Bien qu’il soit chez lui, il porte un costume, une cravate et des chaussures. Je suis convaincue qu’il s’agit de sa tenue habituelle, elle ne m’est pas particulièrement destinée. Cet homme lutte contre le laisser-aller que pourrait entraîner sa santé défaillante. Avec une courtoisie très vieille France, il me prie de m’asseoir et me propose un thé. Puis, après m’avoir demandé de reformuler l’objectif de notre rencontre, il m’explique que, par égard pour ses interlocuteurs, il limite la durée de ses entretiens car passé un certain délai, sa diction est troublée par la fatigue. Il estime qu’il n’a pas à faire subir à ses invités les déconvenues de la vieillesse. Il m’impressionne. Je sens chez lui le militaire habitué à commander. Je n’ai même pas besoin de lui poser une question, il commence spontanément à me raconter cette enquête qu’il a menée quand il avait 28 ans.

Un dimanche de révolution pdf ebook gratuits

J’étais très jeune, mais je me souviens très bien de cette femme allongée sans vie en travers de la tombe de son mari. J’avais trouvé cette situation digne d’une tragédie. Avant même de me présenter sur les lieux du crime, j’avais été étonné que le procureur confie l’enquête à la Gendarmerie et non à la Police. En effet, les agents du commissariat du XIVe avaient été alertés les premiers par le gardien. C’étaient eux qui s’étaient rendus immédiatement au cimetière et le magistrat les avait rejoints rapidement. À son arrivée, il avait exigé que la Gendarmerie vienne également sur place. Dès que je m’étais approché de cette tombe, j’avais senti la tension entre l’officier de justice et l’inspecteur. Vous n’êtes pas sans savoir que nos deux communautés ne s’apprécient guère. En effet, les policiers ont tendance à voir dans la Gendarmerie une sorte de « sous-institution », tout juste bonne à siffler au bord des routes ou à patrouiller dans les campagnes pendant qu’eux, combattraient les vrais criminels. Le fait que le procureur choisisse de nous confier l’enquête ne plaisait pas du tout à mon collègue-fonctionnaire. 

Telecharger Un dimanche de révolution 1001ebook epub gratuits

Il allait devoir me transmettre les premières constatations et quitter les lieux avec toute son équipe pour laisser travailler la mienne. À sa décharge, je reconnais que la décision du procureur m’a surpris également. Dans les grandes villes et en particulier à Paris, ce type d’affaires était habituellement confié à la Police. Le premier étonnement passé, je me suis rapidement investi dans les recherches. Je vous raconte cette étape interne parce que plus tard, j’y reviendrai et vous verrez qu’elle a une réelle signification. C’est un très bon conteur et je m’aperçois que je prends plaisir à l’écouter. Je commence à penser qu’il va peut-être m’apprendre des informations que les journaux n’avaient pas divulguées. Alors qu’il se désaltère, j’en profite pour compléter mes notes. Il reprend la parole : — J’ai oublié de vous préciser qu’il faut que vous m’arrêtiez si je vous ennuie. J’aime parler de mon ancien métier et je ne sais pas toujours me contenir. — Ne vous inquiétez pas, j’ai tout mon temps et même si vous digressez, j’ai le sentiment que vous écouter sera un plaisir. — Merci pour votre gentillesse. Alors je continue ! Les premières constatations, vous les avez sans doute déjà découvertes dans les archives de journaux que vous avez.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire