mardi 4 décembre 2018

Telecharger Les troubles bipolaires pour les nuls ebook gratuit


Telecharger Les troubles bipolaires pour les nuls epub gratuit

Candida Fink est une psychiatre spécialisée dans le suivi des enfants et adolescents. Elle a beaucoup travaillé avec les enfants et les adultes souffrant de maladies psychiatriques complexes. Joe Kraynak est un rédacteur pigiste qui a écrit et coécrit des dizaines de livres sur des sujets allant du slam aux ordinateurs personnels. Elie Hantouche, adaptateur de l’édition française des Troubles bipolaires pour les Nuls, est psychiatre, spécialisé dans les troubles bipolaires et les troubles obsessionnels compulsifs.




 Le comte de Canteville se souvient d’avoir ressenti une certaine exaltation d’apprendre qu’il ne se trouvait pas devant une veuve éplorée. Il l’avait laissée s’exprimer et elle lui avait expliqué les raisons de son détachement. Il avait découvert avec intérêt son parcours politique et son admiration pour le modèle sociétal soviétique. Elle lui avait confié que si Jean avait été à la solde des États-Unis, elle ne se serait probablement pas trouvée près de lui. Au fur et à mesure de leur conversation, elle s’était détendue. En la quittant il avait eu envie de l’embrasser, il s’était retenu et avait cru ressentir un désir identique dans ses yeux. Ils s’étaient revus à plusieurs reprises toujours au même endroit. Il avait proposé qu’elle lui transmette les documents compromettants qui restaient en sa possession au compte-gouttes. Ainsi, s’ils étaient arrêtés, ces feuillets éparpillés représenteraient des preuves beaucoup moins accablantes. Le comte avait compris que ce petit jeu ne changerait rien à leur sort si les services secrets français les interceptaient. Mais la dernière livraison était tout de même arrivée. À nouveau, ils avaient prolongé la soirée plus que nécessaire.

Les troubles bipolaires pour les nuls epub gratuits

Ils étaient conscients tous les deux que, si ni l’un ni l’autre n’impulsait une suite à leur relation, ils ne se verraient plus. Le comte, en gentilhomme habitué à courtiser longuement, ne savait pas comment brûler les étapes. Martina avait osé : — Encore une fois, je passe une soirée très agréable en votre compagnie. Et tout à l’heure nous allons nous dire au revoir définitivement. Le souhaitez-vous ? Il l’avait embrassée. Trente ans plus tard, il se rappelle encore la douceur de ce baiser. Cette femme est restée gravée dans sa peau. Il n’a jamais pu oublier les quelques mois de folie de leur passion amoureuse. Leurs promenades nocturnes dans le square près de chez elle avec leurs chiens, leurs après-midis de corps à corps dans le petit hôtel discret qu’il avait choisi. De toute sa vie, avant elle comme après, il ne s’était jamais senti dans une telle symbiose. Il avait le sentiment qu’ils étaient les deux pièces d’un même objet. La perfection de leur entente physique et intellectuelle les comblait au-delà de ce qu’ils auraient pu imaginer. Il ne pouvait plus se passer d’elle et ils se voyaient de plus en plus. Un de ses collègues, conscient de l’amour intense qu’il ressentait pour Martina l’avait prévenu.

Les troubles bipolaires pour les nuls (2018) epub gratuits

Méfie-toi ! Si ce sont les services secrets français qui ont assassiné son mari, on peut imaginer qu’il la surveille. S’ils s’aperçoivent qu’elle rencontre perpétuellement un élément de l’ambassade soviétique, tu peux mettre sa vie en danger. Le comte n’avait pas voulu entendre cette mise en garde. Il était convaincu qu’il prenait toutes les précautions nécessaires. Il ne s’était souvenu des paroles de son ami que devant le corps inanimé de la femme de sa vie. Ils s’étaient exceptionnellement donné rendez-vous au cimetière Montparnasse. Il avait prévu de lui faire la surprise d’une escapade de deux jours au bord de la mer. En franchissant la barrière, il avait entendu une faible déflagration. Alerté par ce bruit étrange, il s’était précipité, mais il n’avait rencontré personne avant d’apercevoir Martina étendue sur la tombe de son mari. Elle vivait encore quand il s’était penché sur elle, mais il avait compris qu’elle le quittait. Il était resté prostré près d’elle de longues minutes. Il avait fallu qu’il entende le bruit de la brouette du gardien qui s’approchait pour sortir de son marasme. Il avait lancé un dernier regard à Martina avant de prendre la fuite.

Les troubles bipolaires pour les nuls pdf ebook gratuits

La soirée d’hier s’était passée divinement bien. Lovés l’un contre l’autre, nos corps apaisés, il m’avait raconté ses trois heures de marche méditative. Il avait commencé par m’expliquer qu’il choisissait très souvent la fuite et la solitude pour tenter de régler ses conflits intérieurs. Comme pour son autoritarisme, il avait essayé d’agir différemment, mais il en était également devenu exécrable. Je l’avais rassuré, je pouvais le laisser s’isoler si je savais qu’il n’était pas en train de me rejeter. Pendant ces trois heures, j’avais principalement souffert du doute qu’il avait instillé. Je pouvais comprendre qu’il ait eu besoin de solitude pour assimiler toutes les informations que je lui avais fournies. Il avait poursuivi en développant toutes les analyses et tous les recoupements qu’il avait menés pour essayer de saisir l’implication possible de ses parents dans cette étrange affaire. Effectivement, comme moi, il doutait que Marie-Jeanne ait pu un jour se transformer en une tueuse. Mais il aurait préféré en détenir la preuve.

Telecharger Les troubles bipolaires pour les nuls 1001ebook epub gratuits

Puis ses réflexions avaient dévié sur la remarque cinglante qu’il m’avait lancée. Non, il ne le pensait pas et s’en était voulu d’avoir laissé sa colère lui dicter des mots hors de propos. À Marrakech, il avait compris qu’il commençait à ressentir des sentiments très profonds. Les semaines suivantes, loin de moi, à La Réunion, avaient représenté un vrai calvaire. Et, depuis qu’il m’avait retrouvée ; il était convaincu que j’étais la femme de sa vie. L’entendre me déclarer son amour avait été le point d’orgue de cette soirée magique. Nous avions fini par nous extirper du lit pour déguster le repas que j’avais préparé dans l’après-midi. Vincent était un gourmet. Il m’avait taquinée en promettant de m’abandonner souvent avec mes doutes si cela lui permettait de savourer ma délicieuse cuisine. Ce matin, je me suis levée pleine d’entrain. J’ai prêté mon bureau à Vincent, je l’entends multiplier les appels téléphoniques. J’en déduis qu’un empire hôtelier tel que celui dont il a hérité ne se gère pas sans un minimum d’implication.

Telecharger Les troubles bipolaires pour les nuls pdf epub gratuit

Le bruit de la porte du bureau finit par me pousser à lever le nez de mes papiers. Les yeux pétillants et le sourire aux lèvres, il entre dans le salon. Il me dépose un baiser dans les cheveux et, sans s’inquiéter de savoir s’il me dérange, et toujours avec son côté autoritaire, il lance : — Et si nous allions nous promener à Saint-Malo ? Alors qu’il tripote le jouet de son enfance, le combi Volkswagen qui orne mon étagère, je constate qu’il a réussi à formuler sa phrase sous la forme d’une demande. Je suis pourtant convaincue que dans quelques minutes, nous roulerons en direction de la mer ! Il m’interpelle à nouveau : — Quand tu as nettoyé ce jouet, as-tu remarqué que la porte arrière s’ouvre ? — Non, pas du tout. — Viens voir ! Il y a un mécanisme ingénieux. Je m’approche, il me montre le dessous de l’engin et actionne un petit levier. Le hayon se soulève immédiatement : — Gamin, j’en ai caché des trésors là-dedans, lance-t-il en introduisant ses doigts dans le fourgon.

Les troubles bipolaires pour les nuls ebook gratuit

Il sourit et en extirpe un fin rouleau entouré de film alimentaire : — Il semblerait que j’en aie oublié un la dernière fois ! Il repose le jouet sur l’étagère, ôte la protection plastique et déplie le papier. Aussi curieuse que lui de découvrir ses secrets d’enfants, j’observe avec intérêt tous ses gestes. Quand il réussit enfin à étaler cette feuille qui avait été soigneusement réduite grâce à un nombre important de pliages, nous lisons de concert : Le 20 décembre 2013, Mon fils, Depuis que tu es devenu adulte et en particulier depuis le décès de ton père qui m’a fait prendre conscience que je ne dispose pas de l’éternité, je me répétais tous les jours qu’il fallait que je te transmette mon secret. Mais je n’y arrivais pas. J’ai choisi d’arrêter de me battre contre moi-même et j’ai décidé de te le confier par ce biais. Si tu lis cette lettre, il y a fort à parier que je ne suis plus de ce monde.

Telecharger Les troubles bipolaires pour les nuls epub gratuit

vieilleries si ce n’est pour effectuer un grand ménage dans cette maison dont tu viens d’hériter ? Ce jouet a été ton préféré pendant de longues années et je sais que si tu l’as entre les mains, tu ne pourras pas t’empêcher d’actionner le mécanisme de la porte arrière. Tu m’as tellement rendu chèvre en y cachant tout un tas de petits objets que nous cherchions pendant des heures ensuite ! Je suis également assurée que si cet engin tombe entre les mains d’inconnus, personne n’aura jamais idée que cette antiquité dispose de cette option ingénieuse. Et mon courrier t’attendra. J’avais aussi envie de te faire rire avant que tu n’aies peut-être un peu honte de ta mère quand tu vas lire ce qui suit. Si tu tiens cette voiture entre tes mains, c’est que tu as déjà rangé mes papiers officiels. Je te connais ! D’abord et avant toute chose, tu t’es certainement attaqué à toutes les formalités légales de la succession. Tu as donc découvert les lettres que j’ai échangées avec mes parents lors de mon voyage à Paris, en 1957. Toute l’histoire débute à cette date.

Les troubles bipolaires pour les nuls epub ebook gratuit

Dans ma dernière missive, je relate l’assassinat d’une femme dans le cimetière Montparnasse. Cette scène de crime est restée gravée dans ma tête toute mon existence. J’étais toute jeune, et dans ma vie de campagnarde, j’étais plus habituée à voir tuer le cochon qu’à assister à ce type d’évènements. Quand je suis rentrée à Folle-Pensée, j’ai suivi assidûment tous les articles de journaux qui relataient l’affaire. L’intérêt pour ce crime a fini par s’éteindre sans que le coupable ait été confondu. La presse n’en parlait plus. Je restais sur ma faim. J’étais convaincue que les forces de l’ordre n’avaient pas suivi les bonnes pistes. Quand je traversais ce cimetière, en 1957, je n’étais qu’une touriste parmi tant d’autres. Les gendarmes n’avaient aucune raison de m’interroger et je n’ai jamais pensé que j’aurais dû aller spontanément leur dire ce que j’avais vu. Je m’en voulais. En 1964, ton père et moi avons eu l’occasion d’aller au salon de l’agriculture à Paris. Quand j’ai eu la confirmation de notre voyage, j’ai raconté à Jean-Louis les scènes auxquelles j’avais assistées, en 1957.

son sac dans l’objet qu’elle venait de déterrer et la même dame couchée, morte en travers de cette tombe quelques jours plus tard. Sans aucune hésitation, il a décidé que le mieux pour que je cesse de m’obséder avec ce sujet, consistait à nous rendre sur place. Si les gendarmes n’avaient pas trouvé le coupable, il y avait fort à parier que l’objet en question devait toujours être dissimulé près de la tombe. Si c’était le cas, nous avions prévu de le rapporter aux forces de l’ordre et que j’explique ce que j’avais vu avant le crime, en 1957. De cette façon, je serais soulagée. Je participerais à mettre le coupable sous les verrous. À ce stade, nous n’avions pas réfléchi que si l’objet demeurait toujours sur place, cela pouvait également indiquer qu’il n’était pas le mobile du crime. L’assassin aurait dû s’enfuir en l’emportant. Nous étions naïfs et viscéralement honnêtes. En me lisant, tu penses sans doute que même, en 1964, je pouvais tout simplement aller raconter aux gendarmes ce que j’avais observé dans ce cimetière sans passer par l’étape d’aller creuser autour de la sépulture.

Ebook gratuit : Les troubles bipolaires pour les nuls pdf

J’étais convaincue que les agents me prendraient pour une folle si je me présentais devant eux sans aucune preuve de ce que j’avançais. Nous avons donc suivi notre plan. Un matin, seuls dans le cimetière, nous avons creusé à l’endroit où j’avais vu la femme œuvrer. Très vite, nous avons trouvé un petit coffret. Il s’est ouvert sans aucune résistance. La propriétaire n’avait sans doute pas jugé utile d’y mettre un cadenas. Elle avait raison, si quelqu’un voulait s’approprier son bien, ce type de serrure légère ne l’aurait pas arrêté. Nous avons été époustouflés par le contenu. L’objet était empli de pièces d’or ! Il y en avait pour une fortune. Sur le dessus, un petit mot vengeur a ajouté à notre émoi. Paniqués, nous ne savions plus quelle attitude adopter, des gens commençaient à se faufiler entre les sépultures. Nous avons rapidement rebouché le trou et caché la cassette dans notre sac. L’avertissement glissé par Martina Connat sur le tas d’or nous traitait de pilleurs de tombes et nous menaçait des foudres de Dieu. Nous nous sentions effectivement dans la peau de ces personnes qui se permettent de vandaliser les dernières demeures des défunts. Nous éprouvions de la honte et de la peur. Quelques heures plus tard, un peu calmée, je ne pouvais pas me rendre à la gendarmerie. Devant le contenu du coffret, j’ai pris conscience que la justice risquait de m’attribuer ce crime.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire