mardi 4 décembre 2018

Telecharger Foutez-vous la paix ebook gratuit de Fabrice Midal


Telecharger Foutez-vous la paix epub gratuit

Et si le grand problème actuel était que la plupart des injonctions qui nous sont assénées pour nous calmer ne font que nous mettre une pression plus grande ? Il faudrait « méditer », manger comme ceci, faire tel entraînement pour être en forme, avoir de l’initiative, ne pas parler comme cela, être à la fois calme et dynamique, chaleureux et sérieux… Et si au contraire il fallait plutôt commencer par se foutre la paix pour commencer à vivre ? Mais comment lâcher-prise et se donner l’autorisation d’être soi-même ? 
Cessez d’obéir – Vous êtes intelligent
Cessez d’être calme – Soyez en paix
Cessez de vouloir être parfait – Acceptez les intempéries
Cessez de rationaliser – Laissez faire
Cessez de vous comparer – Soyez vous-même
Cessez d’avoir honte de vous – Soyez vulnérable
Cessez de vous torturer – Devenez votre meilleur ami
Cessez de vouloir aimer – Soyez bienveillant 
«Un livre extrêmement libérateur et déculpabilisant.»




un phare est relié au continent par une digue en pierre. Il s’agit de celui du Petit-Minou qui indique aux navigateurs la route à suivre pour entrer dans la rade de Brest. Je découvre un splendide panorama. Très rapidement après avoir passé cette pointe, notre appareil bifurque vers la droite et un autre phare très haut et entouré de ruines majestueuses apparaît. Vincent m’explique que nous atteignons la pointe Saint-Mathieu qui marque l’ouverture sur l’océan. Le site paraît hétéroclite. Sur quelques mètres carrés se mêlent un sémaphore, les murs en partie effondrés d’une abbaye, une chapelle et un phare. Les deux monuments religieux rappellent la couleur sombre des rochers des falaises environnantes et les deux tours érigées pour les navigateurs tranchent par leur blancheur. Je me prends à imaginer que ce paysage entouré de mer et de landes, qui étale son côté sauvage, cache certainement des mystères et des légendes. Immédiatement, je tombe amoureuse de cette côte tourmentée où malgré le temps plutôt clément l’écume bouillonne au pied des falaises. Je suis convaincue que ce lieu pourrait devenir une source d’inspiration formidable pour un prochain roman.

Foutez-vous la paix epub gratuits

Je n’ai pas besoin d’exprimer ma joie quand je comprends que nous allons atterrir au sein de ce site majestueux. Vincent lit le bonheur dans mes yeux qui pétillent et dans le sourire qui ne quitte pas mes lèvres. Je sens l’appareil toucher le sol et après un léger rebond, il s’immobilise. Je laisse à Vincent le soin de me libérer. En me tenant par la main, il me fait signe de me baisser et nous nous éloignons rapidement de l’engin qui reprend de l’altitude immédiatement. Le bruit intense du rotor est remplacé par celui plus modeste de la mer qui lèche les rochers et par celui du vent qui souffle modérément. — Je ne sais pas quel terme employer pour décrire tous les paysages merveilleux que nous avons vus en altitude et le bouquet final me laisse sans voix. Je trouve ce site vraiment extraordinaire. Merci ! — Je suis ravi. J’adore ton enthousiasme de petite fille qui découvre un jouet pour la première fois. Je vais tout mettre en œuvre pour que tu vives le plus souvent possible des moments merveilleux avec moi. Je te le promets. Je me serre contre lui. Les émotions nées de cette nouvelle expérience et ma sensibilité à fleur de peau depuis que je l’ai rencontré, ajoutées à la beauté du paysage pourraient me faire verser quelques larmes. Son sac sur le dos.

Foutez-vous la paix (2018) epub gratuits

ans une main, il me prend par la taille et m’entraîne vers la route qui passe près de l’abbaye. De l’autre côté de la chaussée, il se dirige vers une longue bâtisse de pierre et de bois. — C’est l’Hostellerie de la pointe Saint-Mathieu, notre pied-à-terre. Dès que nous y entrons, je constate qu’il est accueilli comme chez lui. D’après leur conversation, je déduis que l’homme qui nous accompagne jusqu’à notre chambre n’est autre que le patron. La suite qu’il nous a réservée est splendide et la vue sur mer magnifique : — J’ai l’impression que tu es un habitué ? — Autant que je le peux ! Cette côte est mon petit coin de paradis. J’ai découvert ce bout du monde quand j’avais 20 ans. Depuis cette époque, le patron de cet hôtel est mon ami. Je te propose que nous allions déjeuner. La qualité de la cuisine est à la hauteur de celle des chambres. Ensuite, nous inaugurerons cette belle chambre et après je te ferai découvrir Le Conquet. C’est un village à quelques kilomètres. Là-bas, j’ai une surprise pour toi.

Foutez-vous la paix pdf ebook gratuits

Après avoir respecté à la lettre notre programme de début d’après-midi, nous prenons la direction du Conquet. Vincent avait loué une voiture qui nous attendait dans le parking de l’hôtel. La route que nous suivons longe le bord de la côte et la vue dans le lointain sur les îles d’Ouessant et de Molène se révèle magnifique. Je me sens extraordinairement bien et sereine. Vincent se gare sur la place au centre du bourg et galamment se précipite pour m’ouvrir la portière. Nous empruntons de petites rues bordées de vieilles maisons en pierre et aux fenêtres ornées de volets colorés. J’aime le charme de ce village aux anciennes bâtisses bien conservées. Mon compagnon a endossé à merveille le rôle du guide. Je sens qu’il apprécie viscéralement ce port de pêche. Nous arrivons à la pointe Sainte-Barbe. Face à nous, un énorme chantier occupe une avancée escarpée qui s’enfonce dans la mer.

Telecharger Foutez-vous la paix 1001ebook epub gratuits

Le Conquet, février 2017. Après avoir respecté à la lettre notre programme de début d’après-midi, nous prenons la direction du Conquet. Vincent avait loué une voiture qui nous attendait dans le parking de l’hôtel. La route que nous suivons longe le bord de la côte et la vue dans le lointain sur les îles d’Ouessant et de Molène se révèle magnifique. Je me sens extraordinairement bien et sereine. Vincent se gare sur la place au centre du bourg et galamment se précipite pour m’ouvrir la portière. Nous empruntons de petites rues bordées de vieilles maisons en pierre et aux fenêtres ornées de volets colorés. J’aime le charme de ce village aux anciennes bâtisses bien conservées. Mon compagnon a endossé à merveille le rôle du guide. Je sens qu’il apprécie viscéralement ce port de pêche. Nous arrivons à la pointe Sainte-Barbe. Face à nous, un énorme chantier occupe une avancée escarpée qui s’enfonce dans la mer. Vincent m’explique qu’il s’agit de la rénovation d’un hôtel mythique du Conquet qui est resté à l’abandon pendant de nombreuses années avant de trouver dernièrement un repreneur. Le nouvel établissement qui devrait ouvrir dans quelques mois promet un décor et un service luxueux. Vincent en termine la description en précisant qu’il va de soi que nous nous offrirons quelques jours dans cet hôtel du bout du monde avec une vue exceptionnelle sur la mer. Sur la droite, je découvre la ria du Conquet dont l’embouchure est protégée d’une part par la digue accueillant les bateaux en provenance des îles et d’autre part par le phare de Kermorvan carré et blanc. Dans cette enceinte naturelle, les chalutiers chargés de bouées multicolores dansent au rythme du clapot.

Telecharger Foutez-vous la paix pdf epub gratuit

 Un d’entre eux entre dans le port entouré d’une volée de goélands piailleurs. Nous sommes descendus sur le quai Aviso et nous restons contempler ce spectacle. Tout est rassemblé, les lumières, les bruits, les odeurs et le paysage majestueux ! Profondément, je ressens l’amour que porte Vincent à ce paradis. Nous suivons le bord de l’aber et après avoir grimpé pour rejoindre la route, nous atteignons une petite place où s’alignent quelques vieilles maisons de pêcheurs. À l’angle, l’une d’entre elles est envahie par des ouvriers. Son état de délabrement avancé justifie pleinement cette rénovation en cours. Vincent observe le chantier : — Depuis des années, je surveille cette maison. Je l’ai vue se détériorer. Elle a partiellement perdu sa toiture. Elle est très belle, son seul défaut réside dans sa façade orientée nord. Il y a un an, j’ai réussi à contacter le propriétaire. Il ne souhaitait pas la vendre, mais le prix que je lui ai proposé a emporté sa décision. Elle te plaît ? — Tu es en train de me dire qu’elle t’appartient ? — Exactement ! Pour pallier la mauvaise orientation, l’architecte m’a suggéré un aménagement dans lequel il vitre la totalité du pignon oriental. Ainsi, elle bénéficiera d’une vue imprenable sur l’entrée du port et le phare de Kermorvan. De plus, cette ouverture captera la lumière sur une plus longue période de la journée. Derrière, au sud, je fais également percer des baies qui permettront d’accéder directement à un petit jardinet et à une terrasse baignée de soleil. Sur le toit, de grands panneaux vitrés formeront de beaux puits de lumière. Pour la façade, j’ai demandé que son style ancien soit conservé au mieux.

Foutez-vous la paix ebook gratuit

Je la trouve déjà superbe ! Elle me plaît beaucoup et je suis pressée de voir les agencements finis. Mais tu n’en profiteras pas beaucoup en vivant à La Réunion. — Je rentre en France dans deux mois, me répond-il en me regardant tendrement dans les yeux. Je suis désarçonnée. Je n’avais pas pensé qu’il avait prévu de revenir en métropole aussi vite. Est-ce lié à notre rencontre ? Je n’ose le lui demander : — Tu ne m’en avais pas encore parlé ! — Non, je voulais te l’annoncer devant cette maison. C’est ici que j’ai l’intention d’habiter quand je résiderai en France. Et j’aimerais que tu y vives avec moi ! Je suis perdue ! Cette histoire va trop vite. Il dit « j’aimerais », mais il « exigera ». Je viens de m’installer à Folle-Pensée. J’apprécie mon petit nid. Je ne suis pas disposée à le quitter : — Mais Vincent, je me sens bien dans ma maison qui est aussi un peu encore la tienne ! Tu me prends au dépourvu.

Telecharger Foutez-vous la paix epub gratuit

Il me serre dans ses bras et après un baiser profond ajoute : — Je suis un voyageur, ma belle. J’ai du mal à rester en place. J’ai mis en vente ma propriété à La Réunion. Je garde mon Riad à Marrakech et cette demeure du bout du monde. Tu conserves la maison de ma mère. Et nous pouvons loger dans tous les hôtels qui m’appartiennent. Ce que je te demande, ce n’est pas de quitter définitivement Folle-Pensée, c’est tout simplement de me suivre dans ma vie de nomade, un mois au Maroc, un autre au Conquet puis nous enchaînons avec le Morbihan, et en plus de tout cela quelques escapades dans tous les coins du monde. Crois-tu que tu pourrais t’adapter à ce type d’existence ? Je n’ai aucune hésitation : — Je vais adorer ! Son sourire radieux me prouve sa joie. Je ne résiste pas à l’envie de satisfaire ma curiosité : — Quand as-tu choisi de quitter La Réunion ? — En début janvier. — Ai-je influencé en partie ta décision ? — Pas en partie, en tout ! Après Marrakech, j’ai vite compris que je n’allais pas pouvoir vivre loin de toi.

Foutez-vous la paix epub ebook gratuit

Tout en parlant, il me reprend par la taille et nous continuons notre découverte. Il enchaîne en me montrant du doigt à quelques mètres de nous, un logis très ancien. Ce changement de sujet me permet de ne pas rebondir à sa dernière révélation. Je suis éminemment troublée qu’il m’annonce aussi simplement la place prépondérante que je semble avoir prise dans sa vie. J’essaie de me remettre de mon émotion en me concentrant sur les explications qu’il me donne sur la maison des seigneurs dont la vieille tourelle surplombe le port. Tout dans ce village m’enthousiasme ! À peine, avons-nous dépassé cette demeure historique qu’il se tourne vers la droite et scrute ma réaction. Je mets quelques secondes à comprendre que nous nous trouvons devant la galerie de peinture de Bernard Morinay, l’artiste dont les œuvres m’avaient tant fait rêver à Essaouira : — Il m’a semblé indispensable que tu découvres également les toiles inspirées de la Bretagne après celles plus exotiques du Maroc. On entre ? Là aussi, je comprends vite qu’il est un habitué.

Ebook gratuit : Foutez-vous la paix pdf

La responsable des lieux l’accueille avec un grand sourire. Vincent lui explique mon émerveillement à Essaouira. Pendant qu’ils échangent, je reste figée devant deux toiles. L’une représente la maison des seigneurs que longe une barque. Sur l’embarcation, deux marins se tiennent debout vêtus de leurs vareuses bleues, un casier occupe le centre du bateau. L’un des deux pêcheurs godille. La douceur de la lumière et la brume reflètent les premières heures de la journée. La seconde toile représente un petit dériveur à la voile rouge qui se dirige vers le phare de Kermorvan. Perdue dans ma contemplation, je ne sens pas la présence de Vincent derrière moi, je sursaute quand il m’adresse la parole : — Alors laquelle de ces toiles trouverait sa place chez toi ? — Tu sais, je n’y connais pas grand-chose à la peinture. Je me laisse juste porter par mon émotion. Je crois que j’ai quand même une légère préférence pour celle au petit matin, dis-je en lui montrant celle de droite.

dans le respect total de l’architecture d’origine. Puis nous revenons sur nos pas pour monter une rue abrupte qui nous ramène vers le centre-bourg. Elle débouche sur une place pavée entourée de vieilles demeures en pierre toutes plus belles les unes que les autres. À l’angle gauche de la ruelle que nous venons d’emprunter, Vincent, me tenant par la main entre sans hésitation dans un magasin. Encore une fois, il embrasse la commerçante, une jolie petite femme brune très souriante, et me la présente : — Joëlle ! Ici, c’est la caverne d’Ali Baba des amoureuses de la décoration. J’ai envie de tout acheter ! J’essaie de me raisonner, mais je repars avec un service à thé, des sets de table et des coussins. Vincent refuse de me laisser payer en arguant en toute mauvaise foi qu’il veut que sa carte de fidélité fonctionne. J’amuse Joëlle en rêvant tout haut à toutes les orgies d’achats dans lesquelles je vais pouvoir me vautrer pour aménager la petite maison de pêcheur de Vincent dans quelque temps.

Telecharger Foutez-vous la paix pdf epub gratuit

En quittant Joëlle, mon chevalier servant m’entraîne dans le salon de thé juste en face. Comme à son habitude, il ne me demande pas mon avis. Mais comment pourrais-je m’en plaindre ? Toutes ses initiatives paraissent orientées uniquement dans le sens d’assurer mon bien-être. Et, il ne se trompe pas, je suis ravie de me poser un peu et de boire un thé. — Voilà, nous avons découvert une grande partie du Conquet. Demain, nous irons randonner sur la presqu’île en face. Mais déjà, avec cet aperçu, qu’en penses-tu ? Te plairas-tu ici ? — Sans aucun doute ! Je suis tombée amoureuse de ton village du bout du monde. Il sourit et a l’air totalement apaisé. J’en profite pour revenir sur un point qu’il me tarde d’élucider : — Je souhaiterais que tu m’expliques pour quelles raisons tu ne supportes pas que je ne te réponde pas rapidement au téléphone. Tu veux bien ? — Si je pouvais ne pas en parler, je préférerais, alors autant que je m’en débarrasse tout de suite. — Je peux continuer à respecter ton silence sans que tu te justifies. — Merci, mais je vais te raconter. À la fin de mon école d’ingénieurs, à 22 ans, j’ai rencontré Charlotte qui avait deux ans de moins que moi.

une résidence étudiante privée. J’étais fou amoureux. Les soirs, lorsque nous n’avions pas l’occasion de nous voir en raison de nos emplois du temps, je l’appelais avant de me coucher. Une fois, elle n’a pas répondu, et ce n’était pas dans ses habitudes. Mais j’ai alors pensé qu’elle avait dû rejoindre son amie dans l’appartement voisin. Elles avaient choisi deux locations contiguës et passaient beaucoup de temps ensemble. J’ai insisté, j’ai appelé une dizaine de fois sur un laps de temps d’environ trente minutes. Puis, un peu agacé, j’ai laissé tomber, je me suis couché. J’avais à peine rejoint mon lit que mon téléphone sonnait. Malgré les sanglots et une voix inaudible, j’ai compris que c’était Charlotte. Je lui ai dit que j’arrivais. Elle habitait à moins d’un quart d’heure de chez moi en voiture. Je l’ai trouvée nue, recroquevillée par terre dans un coin de la pièce. Elle ne pouvait pas parler. Je l’ai entourée dans une couverture et je l’ai amenée à l’hôpital. Aux urgences, ils l’ont endormie pour pouvoir l’examiner. Elle avait été violée.

Ce n’est que dix jours après qu’elle a recouvré la parole. Un étudiant qu’elle avait déjà croisé, mais à qui elle n’avait jamais parlé était entré dans son appartement pendant qu’elle se douchait. Elle avait remarqué qu’il la regardait avec insistance. C’était une très belle fille et ce genre d’hommage masculin lui arrivait très souvent. Elle est sortie nue de sa salle de bains. Elle a crié, mais il l’a immédiatement bâillonnée. Elle a porté plainte. Il a été arrêté et il a écopé de la peine maximum, quinze ans. Mais Charlotte ne l’a pas su. Après trois semaines d’hôpital, elle est rentrée chez ses parents. Je la voyais tous les dimanches. Je la prenais dans mes bras, mais je ne lui proposais jamais de faire l’amour. Ce n’est pas que je n’en avais pas envie, je voulais lui laisser le temps de venir vers moi quand elle s’en sentirait capable. Bien sûr, elle n’allait plus en cours, elle n’arrivait pas à émerger d’une forme d’apathie majeure. Trois semaines après sa sortie d’hôpital lors d’une de mes visites, elle m’a demandé si nous ne faisions plus l’amour parce qu’elle me dégoutait. J’étais effaré qu’elle ait pu interpréter mon comportement dans ce sens. J’ai essayé de la rassurer, mais j’avais le sentiment que plus rien ne l’atteignait. La dernière fois que je l’ai vue, elle avait l’air beaucoup moins éteinte, mais encore plus malheureuse. Elle m’a reparlé de mes multiples tentatives d’appel ce soir-là.

chait. Ensuite, ce bruit strident et répétitif l’avait poussée à espérer ma venue avant qu’il ne la pénètre. Je n’étais pas arrivé. J’étais dévasté, mais ce soir-là, en la quittant, pour la première fois depuis le drame, elle m’a vraiment embrassé amoureusement. Le lendemain, sa mère m’a appelé en sanglots, Charlotte avait avalé suffisamment de médicaments pour ne plus jamais souffrir. Assise en face de lui, au fil de son récit, j’ai ressenti le besoin de me rapprocher. Je me suis collée à lui. Je ne sais pas quel mot employer ! Mes larmes coulent. Il reprend la parole : — Il m’a fallu beaucoup de temps pour m’en remettre. Je crois qu’elle était la femme de ma vie. Après je n’ai jamais aimé aussi intensément. J’ai tellement souffert que je me suis peut-être protégé en évitant de me laisser aller dans des sentiments excessifs. Mais depuis que je t’ai rencontrée, sur ce sujet, je ne contrôle plus rien. Tout cela s’est passé il y a plus de trente ans. Je t’assure que je ne pense plus à Charlotte tous les jours. Mais je ne peux toujours pas, et je ne pourrais jamais, supporter que tu ne me répondes pas rapidement au téléphone. L’autre jour, j’ai accepté trente minutes, mais comme tu peux le comprendre, pour moi, c’est beaucoup trop.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire