vendredi 30 novembre 2018

Telecharger L’Hôtel du Lac des ombres Pdf de Daniela Tully ebook gratuit


Telecharger L’Hôtel du Lac des ombres Pdf ebook gratuit

Libraire chevronnée, Maya a toujours aimé les histoires. En particulier celles que lui racontait sa grand-mère, Martha, avant de disparaître brutalement l’été de ses 16 ans. Aussi, quand la police découvre, trente ans plus tard, sa dépouille dans l’arrière-pays de New York, Maya se croit soudain l’héroïne d’un mauvais polar : que faisait sa grand-mère à des milliers de kilomètres de son Allemagne natale ? Surtout, quel secret la liait à l’hôtel Montgomerry, près duquel son corps a été retrouvé ?

Pour en avoir le cœur net, Maya décide de se rendre sur place en se faisant passer pour une romancière en quête d’inspiration. Au fil des souvenirs récoltés auprès de l’étrange famille Montgomerry, se reconstitue alors la seule histoire que sa grand-mère ne lui ait jamais racontée : celle de sa propre vie…

Des heures les plus sombres de l’Allemagne nazie au destin cruel d’une dynastie déchue, son enquête se transforme bientôt en une plongée vertigineuse dans le passé. Jusqu’à ce que Maya découvre, au péril de sa vie, que toute vérité n’est pas bonne à dire…


Nous devrions nous rencontrer en terrain neutre, avait-elle proposé. Prendre le thé quelque part. Qu’en penses-tu ? » Ses termes, son espace, j’imagine. Elle n’est jamais venue chez nous. Jude dit toujours « chez Paul » et prétend que c’est trop loin pour elle. « Pinner, c’est au fin fond de Londres, Emma. » La première fois, elle a choisi un café dans Covent Garden et j’ai emmené Paul en renfort avec moi, lui tenant fermement la main. Jude n’a même pas pris la peine de dissimuler sa stupeur devant la différence d’âge entre nous et un silence gêné s’est installé pendant que nous faisions semblant d’étudier la carte et que j’attendais, l’estomac noué, l’inévitable remarque. Mais elle s’est retenue. Elle n’a rien dit. Et tout compte fait, la rencontre s’est bien passée. Pas de retrouvailles émouvantes mais pas de disputes non plus.

Telecharger L’Hôtel du Lac des ombres pdf gratuit

Bon, ce n’était pas si terrible », avait commenté Paul sur le chemin du retour. À présent, alors qu’il se lève pour aller mettre le couvert, Paul me demande : — Tu as acheté quelque chose ? L’espace d’un instant, je ne comprends pas de quoi il parle. — Oh, rien, en fait, dis-je une fois que la lumière s’est faite dans mon esprit. J’ai juste regardé. Je reste assise sans prononcer un mot de plus. Je n’ai pas fait les boutiques. J’aurais dû prendre la Central Line en direction de l’ouest pour rentrer à Pinner, mais en réalité, je suis partie dans l’autre sens. Je me rappelle avoir pensé : Je ne rentre pas à la maison. En vérité, dans une certaine mesure, c’était pourtant le cas. Je retournais à Howard Street.

L’Hôtel du Lac des ombres pdf gratuit

Le trajet a filé comme dans un épais brouillard, les stations apparaissaient soudain, illuminées, puis s’évanouissaient dans l’obscurité ; j’ai gravi puis descendu les marches au milieu de la foule pour prendre la Jubilee Line, puis je suis sortie à Greenwich. Le bus 472 jusqu’à Woolwich a mis longtemps à arriver – On est dimanche, me suis-je répété. J’ai regardé l’horloge digitale décompter les minutes. Trois minutes. Une minute. À l’approche. Mais une fois sur place, tout avait disparu. Les décombres du numéro 63 de Howard Street s’entassaient derrière une barrière en grillage métallique et je suis restée plantée à essayer de visualiser la maison de mon enfance. En m’avançant, j’ai vu derrière les cabanes de chantier ce qui avait été notre jardin. J’ai aperçu les rubans de la police, un bout flottait au vent, et puis la terre. Mais il n’y avait rien d’autre à voir. Alors je suis partie. Derrière la fenêtre d’une maison d’en face.

L’Hôtel du Lac des ombres epub gratuit

Lundi. « C’est parti pour une autre journée au front ! » avait lancé à la cantonade le gars de la crim’ à l’arrivée assez tardive de Kate. Elle ne commençait pas la semaine du bon pied. Terry l’avait gratifiée d’un regard noir, sourcil arqué, qui signifiait « C’est à cette heure-ci qu’on arrive ? ». Elle avait choisi de l’ignorer et de ne pas fournir d’excuses, préférant s’installer sans un mot à son « poste de travail », nouvelle appellation en vogue à la direction. Kate balaya la salle de rédaction du regard pour répertorier les présents et remarqua que le journaliste politique était déjà en grande conversation avec Simon, le rédacteur en chef. Les rires gras et machos des deux hommes résonnèrent dans la salle quand le journaliste conclut son anecdote frôlant l’indécence qui lui valut une tape dans le dos de la part de son patron. Ce dernier paraissait satisfait de lui-même. Maître de son univers, songea Kate.

L’Hôtel du Lac des ombres ebook gratuit

Cela suffirait pour qu’il laisse Kate vaquer à ses occupations. Elle alluma son ordinateur et se connecta pour consulter ses messages. Elle avait déjà vérifié sa boîte de réception via son téléphone, dix minutes plus tôt, mais elle espérait avoir reçu entre-temps des réactions sur l’article concernant le bébé. Des informations, peut-être, qui pourraient la faire avancer. Mais rien. Elle ne prit pas la peine d’écouter son répondeur. Avant, on l’appelait pour lui refiler des tuyaux ou lui soumettre des sujets dont elle débattait et discutait ensuite avec ses collègues. À présent, tout se déroulait sur le Net. Il pouvait même arriver qu’elle passe toute une journée sans avoir besoin de parler à quelqu’un. Kate laissa échapper un bâillement. De l’autre côté de la table, le gars de la crim’ l’imita.

Telecharger L’Hôtel du Lac des ombres epub ebook gratuit

Au fait, Nina m’a parlé des dernières mesures d’austérité de Terry en matière de dépenses, déclara-t-il tout bas. Nina, l’incontournable secrétaire du journal, était appréciée de tous les employés. Elle se plaisait à répéter qu’elle était présente depuis que « Moïse avait publié ses tablettes », et elle maîtrisait l’art de faire accepter les notes d’hôtel quatre étoiles au directeur de la rédaction. En soutien efficace de ses « petits gars », elle les couvrait et leur évitait les problèmes, que ce soit à la maison ou au bureau. « Il est en route », assurait-elle d’une voix roucoulante au téléphone à une épouse en colère comme à Terry. Elle était en outre capable de vous faire entrer dans une zone de guerre sans visa et au volant d’une voiture de location. — D’après elle, Terry vérifie auprès de tous les restaurants que le personnel y a bien déjeuné et que l’addition correspond. C’est sa nouvelle lubie, ce mois-ci, la mort de la facture vierge. Ça ne durera pas.
Telecharger 

L’Hôtel du Lac des ombres livre pdf

La guerre contre les dépenses des journalistes éclatait régulièrement, en général quand le budget avait atteint un seuil critique. La facture d’hôtel ou de restaurant restée vierge pour que le journaliste la remplisse lui-même, à la manière d’un chèque en blanc, était la cible habituelle. Autrefois, fournir des reçus relevait d’une forme d’art : les rumeurs abondaient sur l’utilisation des tampons encreurs pour enfants servant à confectionner des carnets entiers de factures. On y ajoutait ensuite des taches de café et des insectes écrasés dans un souci de réalisme. — Oh ! là, là ! s’exclama Kate. Tous deux fixaient toujours leur écran. Kate se demanda ce qu’un extraterrestre penserait de cette scène. Des dizaines de personnes assises, isolées, devant des ordinateurs, qui ne se parlaient pas et ne se regardaient pas. À l’instar des âmes perdues des casinos de Las Vegas.

Telecharger L’Hôtel du Lac des ombres livre pdf

Passaient des heures devant les machines à sous, le regard éteint, à appuyer d’un geste automatique sur les touches dans l’espoir de décrocher le jackpot. Attention ! Rédacteur en approche. Terry affichait un sourire triomphant. Nul doute qu’il venait quémander un service. Kate feignit d’être captivée par son ordinateur. — Bon, tu as réussi à venir ce matin, alors. Il tentait une note de légèreté, mais sa plaisanterie tomba à plat. — Désolée, il y avait des bouchons, Terry, répondit-elle, les doigts posés sur le clavier comme si elle était au beau milieu de la rédaction d’une phrase. — Ouais, ouais. C’est infernal. Bref… Nous y voilà, songea-t-elle. La corvée de la mort. — Kate, le rédacteur en chef a repéré un des nouveaux jeunes journalistes et il veut que tu le prennes sous ton aile.

L’Hôtel du Lac des ombres Pdf

Mais l’état de grâce était terminé, c’était inévitable. Le journal s’était inexorablement désintéressé du journalisme d’investigation pour se concentrer sur l’info instantanée qui suscitait des clics et des commentaires des internautes. Dans ce nouvel ordre mondial, Kate se sentait aujourd’hui plus superflue que jamais. La meilleure de ces infos lui permettait tout juste de rédiger une légende de photo, qu’un enfant serait en mesure d’écrire, se disait-elle tout en essayant de conserver un peu de dignité. En outre, la paranoïa la gagnait chaque fois que Terry confiait un article à un des gamins plutôt qu’à elle. « Je te garde en réserve pour un gros sujet », assurait-il quand il surprenait son regard assassin. Mais il n’y avait pas eu de gros sujet depuis un moment. Et voilà qu’on lui demandait de se charger de la crèche du bureau, maintenant.

J’ai trop de travail pour m’occuper d’un stagiaire, Terry, répliqua-t-elle. — Il ne te gênera pas. Il apprendra sur le tas et tu as tant de choses à partager, Kate. Simon a dit… Mets tes mains sur ta tête, pensa Kate avec l’impression de jouer à Jacques a dit. — Bon, où est-il ? — Joe, tu peux venir ? appela Terry. À l’autre bout de la salle, un jeune garçon court sur pattes, avec une longue frange qui lui cachait le front, la chemise sortie du pantalon, s’approcha à petits bonds. — Salut, Kate. C’est un honneur, déclara-t-il sans une pointe de sarcasme. Oh mon Dieu, il va me sortir qu’il adore ce que je fais. — J’adore ce vous faites, dit Joe.

Je vous laisse papoter, annonça Terry, sa mission visiblement accomplie. — Mais…, bafouilla Kate. — Désolé, Kate. Je dois passer un coup de fil, prétendit-il avant de retourner se mettre à l’abri derrière son bureau. Kate ravala un juron et indiqua la chaise à côté de la sienne en évitant le regard du gars de la crim’. — Depuis quand travailles-tu ici, Joe ? demanda-t-elle. — Ça fait un mois. Je sors tout juste de la fac. J’ai toujours voulu être journaliste. C’est dans mes gènes. — Comment ça ? — Ma mère est du métier. — Ah bon ? Il nomma la rédactrice en chef du Herald on Sunday, une femme réputée pour sa grossièreté et sa brutalité – « le tyran en collants », la surnommait la vieille garde.

Se corrigea Kate. Mandy Jackson avait accepté le surnom, et l’avait brandi tel un étendard à mesure qu’elle gravissait les échelons. L’opinion populaire considérait qu’une femme parvenue au-delà du poste de chroniqueuse y était arrivée soit en couchant soit en piétinant les autres. Kate ignorait quelle voie avait suivie Mandy, toujours est-il qu’elle régnait sur le tas de fumier. Et ce garçon était son fils. Elle étudia Joe Jackson d’un œil attentif – nul doute que sa mère le voyait déjà journaliste à sa naissance. Celui-ci s’affairait à installer son ordinateur à droite du sien. Un jeune oisillon qui ne semblait pas avoir encore mué. Mais il pourrait peut-être se révéler utile : un poste au Herald on Sunday ne serait pas pour lui déplaire.

Sur quoi travaillez-vous, Kate ? demanda-t-il, dans l’expectative, un carnet à la main, prêt à noter ses précieuses paroles. — Je consulte mes e-mails pour l’instant, Joe. Accorde-moi dix minutes. Et si tu allais nous chercher des cafés ? Elle fouilla dans son sac à main et lui tendit une poignée de pièces. — Quel salaud, ce rédacteur en chef, grogna le gars de la crim’ sitôt Joe disparu derrière les portes battantes. — La ferme, Gordon. Tu es jaloux de ne pas en avoir un, c’est tout. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de lui ? — Pour commencer, ne couche pas avec, sinon Mandy t’arrachera la tête. La grossièreté de sa remarque fit bouillir le sang de Kate, mais elle feignit de rire avec lui, une technique de survie.

Sur quoi travaillez-vous, Kate ? demanda-t-il, dans l’expectative, un carnet à la main, prêt à noter ses précieuses paroles. — Je consulte mes e-mails pour l’instant, Joe. Accorde-moi dix minutes. Et si tu allais nous chercher des cafés ? Elle fouilla dans son sac à main et lui tendit une poignée de pièces. — Quel salaud, ce rédacteur en chef, grogna le gars de la crim’ sitôt Joe disparu derrière les portes battantes. — La ferme, Gordon. Tu es jaloux de ne pas en avoir un, c’est tout. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de lui ? — Pour commencer, ne couche pas avec, sinon Mandy t’arrachera la tête. La grossièreté de sa remarque fit bouillir le sang de Kate, mais elle feignit de rire avec lui, une technique de survie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire