dimanche 28 octobre 2018

Télécharger Champion Tome 3 PDF Gratuitement

Champion Tome 3 PDF

Telecharger Champion Tome 3 PDF


Il est une légende.
Elle est un prodige.
Qui sera le champion ?

June et Day ont beaucoup sacrifié pour le peuple de la République - et pour les autres - et maintenant leur pays entame une nouvelle existence. June revient dans les bonnes grâces de la République, travaillant au sein de l'élite du gouvernement comme Première Élue alors que Day a été affecté à un poste de militaire de haut niveau. Mais ni l'un ni l'autre n'aurait pu prévoir les circonstances qui les réuniront de nouveau. Juste au moment où un traité de paix est imminent, une épidémie de peste provoque la panique dans les colonies, et la guerre menace les villes frontalières de la République. Cette nouvelle souche de peste est plus mortelle que jamais, et June est la seule qui connaît la clé de la défense de son pays. Mais sauver la vie de milliers de personnes signifiera de demander à celui qu'elle aime de renoncer à tout ce qu'il a.



Télécharger Livre Champion Tome 3 pdf gratuit


Car si je laisse la discussion s’enliser, Henri pensera qu’il est dans le vrai. De fil en aiguille, il ira tout raconter à sa sœur, qui en parlera à son petit ami, dont le grand-père est l’un des huit Sages de Mendake. La nouvelle selon laquelle j’ai flashé sur une étrangère se répandra comme une traînée de poudre au sein du Cercle des Sages. Ces derniers en déduiront que le fils du Grand Chef est atteint du même mal que son père. Qui sait s’ils ne préconiseront pas quelques séances de purification sous une hutte à sudation, ce qui reviendrait à me faire passer pour un possédé auprès de tous mes administrés ! — Vas-y, je t’écoute ! me répond mon adjoint, soudain moins railleur. — Julie. — Mais ça ne me dérange pas du tout d’en parler ! Tout le monde sait ici que j’ai un faible pour les blondes. Je ne sais pas à quoi ressemble ta « protégée », mais d’après ce qu’en dit Julie, ça doit être une bombe. — Que les choses soient claires, Henri. Primo, ce n’est pas ma protégée. Deuzio, elle est on ne peut plus banale. Tertio…

J’arrête là mon énumération lorsque je me rends compte que la petite Française est entrée dans la salle et qu’elle est en train de contourner le comptoir. Je lui fais signe de me rejoindre. Car j’ai bien l’intention de lui mettre les points sur les « i ». À savoir qu’elle n’est pas autorisée à quitter la réserve tant que Jean, le garagiste, n’aura pas reçu ses 600 dollars. Mais au lieu de venir à ma rencontre, elle feint de ne pas m’apercevoir et se hâte vers le fond du bar. Là où Vacheron et ses deux acolytes sont assis. Piqué au vif, je me lève. — Hé, attendez ! lui crié-je, la voyant filer comme l’éclair. Elle m’ignore superbement et accélère l’allure. — Du calme ! Ta « protégée » ne va pas s’évaporer, me dit Henri, qui me retient par le bras. Qui sait si elle n’en a pas le pouvoir, cette diablesse ! — Je suis calme. Et ce n’est pas ma « protégée ». Mais je dois intervenir avant que… Oh, et puis la barbe !

Telecharger le fichier Champion Tome 3 pdf gratuit


Refusant de perdre mon temps en palabres inutiles, je me défais de la poigne de mon adjoint et pars dans la même direction que la petite Française. D’un pas résolu, mais tranquille. Afin de ne pas éveiller la curiosité des deux employés de la voirie ni celle de Julie, qui est de retour de la cuisine avec nos bières. Lorsque je réussis enfin à la rattraper, je la trouve en pleine discussion avec Vacheron et ses amis. Elle a, me semble-t-il, déclenché leur hilarité. Je ne la vois que de trois quarts, mais je distingue nettement ce que les trois hommes sont en train de lorgner. Ces cons n’ont d’yeux que pour sa poitrine bombée. Leurs regards concupiscents me donnent instantanément la nausée. Je saisis la petite Française par le bras et la tire vers moi. Elle prend un air offensé qui me ferait bien marrer si l’attention de la salle ne s’était pas concentrée sur moi. Ah, elle est très forte pour inverser les rôles ! À ce que je sache, le méchant dans toute cette histoire, ce n’est pas moi, mais elle ! — À quoi jouez-vous ? demandé-je abruptement, sans même saluer la tablée, ce qui n’est pas dans mes habitudes. Je vous ai fait appeler. Et la première chose qui vous vient à l’esprit en me voyant, c’est de filer comme un lapin ! Et de vous jeter dans la gueule du loup ! ai-je envie d’ajouter en entendant les rires goguenards des trois hommes.

— Encore une fois, tenez-vous-le pour dit, je n’ai pas d’ordres à recevoir de vous, rétorque-t-elle crânement. Elle braque un regard courroucé sur le mien. Sa colère est au moins égale à la mienne. — Bonjour, Curtis. Autant te prévenir, la demoiselle a son petit caractère, intervient l’un des hommes. Pierre Lafleur ! Le plus grand et le plus con des trois ! Je lui dois un coquart invengé. Aussi, je lui bats froid. — Je vous ai posé une question, mademoiselle ! Que fabriquez-vous ici ? — Elle nous a demandé de lui prêter notre portable. Apparemment, tu lui as confisqué le sien, réplique Vacheron tout en brandissant son téléphone. — Nous, on n’est pas contre ! Mais on aimerait bien une petite compensation. — Et peut-on savoir laquelle ? grondé-je, me décidant enfin à répondre au grand con. — Ça ne vous regarde pas ! couine la petite Française, d’une voix trop aiguë pour être honnête. — On pourrait commencer par un baiser, poursuit Vacheron, dont le sourire s’est élargi. — Un baiser ? demandé-je à ma prisonnière, tout en raffermissant ma poigne sur son bras. Et pourquoi pas une pipe, tant qu’on y est ! Pour toute réponse, elle hausse les épaules et lève les yeux au ciel. Elle me cherche ou quoi ? — C’est bien ce que je pensais ! Racolage sur la voie publique : ça va vous coûter cher ! m’énervé-je. Sur ce, je sors ma paire de menottes pour la brandir sous son nez. — Mais… proteste-t-elle. Je… — Il fallait y réfléchir à deux fois avant de jouer les allumeuses ! — Ras-le-bol ! maugrée-t-elle.

Télécharger Champion Tome 3 de Mari Lu PDF


Elle m’envoie un coup de pied dans le tibia. Merde ! Ça fait horriblement mal ! La douleur me fait lâcher prise. Elle me repousse alors brutalement, avant de s’élancer en direction du comptoir. Il n’est pas question que je la laisse m’échapper. Pas maintenant qu’elle m’a ridiculisé en public ! Aussi, je la prends en chasse. — Revenez immédiatement ! lui crié-je, passablement agacé par les rires dans mon dos. — Allez vous faire foutre ! Je m’attendais à ce qu’elle quitte le bar. Mais à quelques pas de la sortie, elle ouvre une porte et disparaît. J’entre à sa suite dans une petite pièce sans fenêtre, qui tient lieu de vestiaire pour les employés du Mandella. À l’instant où elle s’apprête à récupérer son sac à main, accroché à une patère, je l’empoigne par les bras et lui fais effectuer un demi-tour sur elle-même. Je ne saurais dire si c’est de la crainte ou de la colère que je vois étinceler dans son regard. Peut-être un peu des deux ! Tant mieux ! Je n’ai jamais brutalisé une femme, et ce n’est certainement pas aujourd’hui que je m’y essaierai. Toutefois cette furie commence à me courir sérieusement sur le haricot. Pourquoi ne lui ferais-je pas un peu peur ? Histoire de l’inciter à se montrer raisonnable et à me manifester du respect !

— Lâchez-moi ! me lance-t-elle, se débattant pour échapper à mon étreinte. — Où comptez-vous aller comme ça ? — N’importe où, pourvu que je ne voie plus votre tête de macaque ! — Parce qu’elle ne vous plaît pas ? — Oh que non ! Vexé, je la ramène contre moi et agrippe plus fermement ses bras. Tout en m’allongeant une bourrade dans les côtes, elle me marche sur le pied et écrase ainsi mon petit orteil. La douleur qui en résulte me rend furax. D’autant que mon tibia porte encore la marque de son pied ! Je la secoue alors comme un prunier. — Lâchez-moi ! me lance-t-elle, se débattant pour échapper à mon étreinte. — Où comptez-vous aller comme ça ? — N’importe où, pourvu que je ne voie plus votre tête de macaque ! — Parce qu’elle ne vous plaît pas ? — Oh que non ! Vexé, je la ramène contre moi et agrippe plus fermement ses bras. Tout en m’allongeant une bourrade dans les côtes, elle me marche sur le pied et écrase ainsi mon petit orteil. La douleur qui en résulte me rend furax. D’autant que mon tibia porte encore la marque de son pied ! Je la secoue alors comme un prunier.

Ce geste insensé ne peut être que la matérialisation des étincelles qui n’ont cessé de crépiter entre nous. Si je me donnais la peine de réfléchir, je n’en serais pas fier. Mais toute pensée cohérente a déserté mon esprit. Tandis que je prends pleinement possession de sa bouche, elle pousse un petit soupir, et ses muscles se détendent. Je l’enlace par la taille, et elle se pend à mon cou. Je sens alors monter une chaleur intense depuis le fond de mes entrailles. Elle déferle par vagues et m’enflamme de partout. La queue en feu, je presse mon érection contre son ventre. La petite Française gémit, et c’est comme si tout un univers s’offrait à moi. Un univers que je brûle d’explorer.

Pdf Champion Tome 3 de Mari Lu télécharger


Non, je n’aurais jamais embrassé ces trois hommes au fond du bar. Même si ma vie en dépendait ! Aussi, pour ce qui était de leur emprunter leur portable en échange de faveurs, il ne fallait pas y compter ! Je ne suis pas une Marie-couche-toi-là, tout de même ! Je m’en suis juste vantée pour agacer monsieur « Tue-L’amour ». D’ailleurs, ce nom ne lui convient plus. Je devrais lui en trouver un autre. Pourquoi pas monsieur « Lèvres de feu » ? Oui, ce surnom lui va comme un gant ! Son baiser a allumé un véritable incendie en moi. Non, je ne suis pas une femme facile. Alors, qu’est-ce que je fais ainsi, pendue à son cou et la bouche écrasée contre la sienne ? Je me le demande ! Avant de perdre la raison et de me retrouver soudée à lui, j’en étais encore à le haïr. Comment ne pas détester un homme qui ne pense qu’à vous envoyer en prison ? Parce que c’est bien ce qu’il s’apprêtait à faire lorsqu’il a sorti sa paire de menottes. Et ça m’a mise dans une rage folle. Je me suis précipitée au vestiaire pour y récupérer mes affaires. À l’heure qu’il est, je serais déjà au bord d’une route, en train de faire de l’auto-stop, s’il ne m’avait pas rattrapée.

S’est ensuivie une dispute puérile, indigne d’une chorégraphe âgée de 28 ans. Tandis qu’il m’empoignait fermement par les bras, m’empêchant de fuir, je l’insultais, lui donnais des coups. Ses orteils n’ont pas été épargnés ! J’aurais pu lui casser un objet sur la tête si mes mouvements n’avaient pas été entravés. Allez comprendre pourquoi, je n’ai pas réagi quand il s’est penché sur moi et a capturé ma bouche ! Une onde de chaleur a fusé dans mon corps, m’ôtant toute envie de remuer. Quelle piètre image des Françaises je lui ai offerte là !

Télécharger Champion Tome 3 PDF 


Les bras enroulés autour de ma taille, il m’embrasse avec fougue. J’ai enfoui mes mains dans ses cheveux soyeux et je gémis chaque fois qu’il intensifie son baiser. Quelle honte ! Plus grand et plus fort que moi, il m’a repoussée sans mal contre le mur, entre deux patères. Scotché au niveau de mes hanches et de ma poitrine, son corps musclé se presse contre moi. Aplatie comme une crêpe, je me délecte de ce baiser. Ce n’est pas un baiser empreint de sentiments, loin de là ! Sa langue brûlante et insistante, qui s’est mêlée à la mienne, exprime le désir. Un désir puissant que moi-même je ressens.

Mais bon sang ! Ressaisis-toi, ma vieille, et flanque-lui une paire de claques ! me rabroué-je intérieurement. Non… Pas envie… C’est trop bon ! expliqué-je sommairement à cette partie bien trop sage de moi. Tu ne vois pas que c’est un vrai sadique ! poursuit cette dernière. Pas du tout d’accord avec toi ! Il a de très beaux yeux et il embrasse très bien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire