samedi 27 octobre 2018

Telecharger BLED Les 50 Règles d’or de la Grammaire pdf

Telecharger BLED Les 50 Règles d’or de la Grammaire pdf lien direct

• Au modèle des 50 règles de l’orthographe :
Chacune des 50 règles fondamentales de la grammaire fait l’objet d’une double page proposant :- la règle rédigée de façon simple et accessible à tous
- des compléments pour la comprendre et la mémoriser facilement
- de nombreux exemples explicatifs ou d’application
- une série de 4 à 5 exercices progressifs pour s’entraîner
Tous les corrigés des exercices figurent en fin d’ouvrage et sont accompagnés de conseils


• En complément des 50 leçons, en fin d’ouvrage, 8 pages de tableaux récapitulatifs :- sur les classes grammaticales des mots (mots variables : noms, déterminants, etc. et invariables : adverbes, prépositions, etc.),
- sur les fonctions dans le groupe nominal et dans la phrase.

• Pour terminer, un index permet d’accéder rapidement à la notion recherchée.

Points forts de l'ouvrage : Une grammaire moderne et pratique

• Le retour en force de la grammaire dans les programmes scolaires a pour objectif de donner aux élèves les moyens d’accéder à la compréhension des textes et des messages oraux mais aussi à un niveau d’expression correct à l’écrit comme à l’oral.
• Cet ouvrage propose la maîtrise des 50 notions de grammaire les plus importantes qui permettent de comprendre la structure de la langue et de s’exprimer sans faute à l’écrit comme à l’oral.
• Il est ainsi tout à fait complémentaire des 50 règles de l’Orthographe.
• Il s’adresse au parent désireux de se remettre à niveau pour mieux aider son enfant ou à tout adolescent ou adulte souhaitant travailler seul.
• Grâce à son découpage simple et efficace (1 leçon = 1 règle), à la rédaction accessible et précise de la règle et des compléments et aux nombreux exercices permettant de valider la compréhension, il constitue une grammaire moderne et pratique.

BLED Les 50 Règles d’or de la Grammaire telecharger pdf 

D’ici à ce que je revoie ce type de la FCC… Elle ne l’avait pas aimé. Pouvaient-ils l’interdire d’antenne ? Non. Bien sûr que non. Elle n’avait rien à se reprocher après tout, pas plus que Pat et ses équipes. BAM ! Le coup de feu la fit sursauter. Il n’était que l’écho de son souvenir et pourtant elle en eut la chair de poule. Et ces voix… C’était peut-être ce qui l’avait le plus marquée par la suite. Ils en avaient longuement parlé avec Pat. Cela ressemblait étrangement à celles qui étaient déjà intervenues début août, pendant les répétitions. Qui jouait à ce jeu pervers ? Était-ce un hasard ? Le type les avait-il piratés au moment même où Anita décidait de mettre fin à ses jours ? Mark Dodenberg, l’ingénieur du son, était dubitatif. Pour lui, les voix étaient non pas une couche supplémentaire, parallèle à leur faisceau, mais bien chez Anita Rosenberg. Il n’y avait aucun brouillage. Et c’était ce qui perturbait Olivia, car elle aussi avait cru qu’il s’agissait d’une personne près de son auditrice. Après tout, même si son témoignage était incompréhensible, elle avait mentionné la présence de son « visiteur du soir ». La police semblait catégorique en arrivant sur place, d’après Pat, ils avaient tout de suite évoqué un suicide. Cela ne satisfaisait pas Olivia. Après maintes hésitations, elle s’empara de son téléphone et demanda à parler à quelqu’un de la police de Mahingan Falls, sauf au chef Warden, elle en gardait un trop mauvais souvenir. Une femme lui répondit, de brefs échanges, puis elle proposa de venir la voir.

Olivia l’invita à entrer et après les politesses d’usage, elle lui demanda directement : – Vous êtes définitifs sur l’hypothèse d’un suicide ? Ashley Foster lui rendit un regard aiguisé. – C’est ce qui vous a été dit hier soir ? – J’ai cru entendre que la maison était fermée de l’intérieur, et que l’arme avait été retrouvée dans la main d’Anita Rosenberg, éléments qui laissent deviner un suicide. Et apparemment, les voisins ont accouru en entendant la détonation, et ils sont tous catégoriques : personne n’est sorti de là avant que la police arrive. – Vous êtes bien renseignée. En effet, les premiers éléments sur place renvoient dans cette direction. C’est en tout cas l’avis de mes confrères. Olivia devinait à l’attitude de son interlocutrice qu’elle prenait ses distances avec son discours. – Et vous ? – L’enquête vient à peine d’être ouverte, nous étudions toutes les possibilités, mais vous comprendrez que je ne peux rien vous dire de plus pour l’heure. – Vous avez réécouté l’émission ? – Oui. – Et la voix ? Vous l’avez identifiée ? Celle, menaçante, qui intervient juste avant le… le… – C’est en cours, madame Spencer. – Avouez que c’est perturbant. Elle n’était pas seule, et qui que soit cet individu, il n’était clairement pas bienveillant à son égard. Plus j’y pense et moins j’ai l’impression que ça ressemble à un suicide… Ashley Foster ouvrit la bouche pour répondre puis se mordit les lèvres pour se taire, ce qu’Olivia ne remarqua pas, à cet instant trop absorbée dans ses souvenirs…

Telecharger Les 50 Règles d’or de la Grammaire - BLED pdf 


– En effet, nous vous avions déjà entendue à ce sujet avec le lieutenant Cobb. Une lueur dans sa façon de la scruter attira l’attention d’Olivia cette fois et elle eut le sentiment que la policière ne lui disait pas tout. – Vous avez bouclé cette enquête ? s’enquit-elle. Vous avez trouvé qui joue à ce jeu malsain ? – Nous y travaillons, d’ailleurs, est-ce que les gens de la FCC qui s’étaient présentés à vous sont repassés dernièrement ? – Non. Je suppose qu’avec la tragédie d’hier soir, ils pourraient revenir. Le sergent Foster croisa les bras sous sa poitrine et prit une profonde inspiration. Elle hésitait. – Madame Spencer, je me dois de vous mettre en garde, ces hommes ne sont pas de la Commission fédérale des communications. – Pardon ? – J’ai mené mon investigation, y compris auprès du siège, et il n’y aucun agent de la FCC qui ait été missionné à Mahingan Falls. – Mais… alors, à qui ai-je parlé ? Olivia se souvenait très bien du grand type maigre qu’elle avait rencontré, ainsi que du sentiment de malaise qu’elle avait éprouvé ensuite. – Nous l’ignorons pour l’heure. Toutefois, si vous les aperceviez à nouveau, merci de me joindre immédiatement. Mon portable est au dos si c’est urgent. Ashley Foster lui tendit une carte. – Je… Je ne saisis pas l’intérêt de se faire passer pour des agents de la FCC ? Ils n’ont rien obtenu, ni matériel, ni argent… – Pour tout vous dire, moi non plus. Mais cette histoire de radios parasites et la présence de ces gens au même moment dans notre ville ne me plaisent pas. Le lieutenant Cobb et moi-même aimerions beaucoup les interroger.

Très bien, mais ensuite, tu me fais plaisir, on prend Zoey et on file faire un tour dans l’arrière-pays, histoire de changer d’air, tu en as besoin. C’est non négociable. – Je ne veux pas laisser les garçons seuls, pas avant d’avoir eu une explication avec eux sur ce qui s’est produit hier. – On passe les récupérer avant de filer. Nous dînerons tous ensemble à Salem. Ils corrigèrent quelques phrases ici et là puis prirent un sac avec des changes pour leur fille et de quoi lui confectionner un goûter avant de sortir. Un homme approchait de la maison, l’air un peu gauche. Malgré la chaleur, il portait une veste en coton sur sa chemise et un pantalon de toile beige sur des chaussures en cuir. Il devait avoir à peine plus que les Spencer, peut-être quarante-cinq ans, les tempes grises, et Olivia remarqua la paire de lunettes glissée dans la poche avant de sa veste. – Bonjour ! Je suis Joseph Harper, j’habite un peu plus bas, à l’entrée de Gettysburg End, nos maisons sont voisines à vol d’oiseau par le bois. Je ne voulais pas vous déranger, mais j’ai pris mon courage à deux mains… Tom se présenta ainsi que son épouse. – C’est que nous allions partir, monsieur Harper, poursuivit-il. Peut-être que nous pourrions convenir d’un… – Oh, oui bien sûr, je comprends. Je ne veux pas mal tomber. Olivia posa une main sur le bras de son mari et s’immisça dans la conversation, assumant son rôle de lien social dans leur couple. – J’ai reçu votre lettre pour la soirée, vous n’aviez pas à vous excuser de ne pas être présents, c’est très gentil.

Telecharger BLED Les 50 Règles d’or de la Grammaire gratuit


Olivia sentit que Tom se raidissait au bout de sa main et d’une légère pression elle lui fit comprendre de se taire. Zoey, calée dans son autre bras, commençait à peser, mais restait calme et attentive à ce visiteur inattendu. – C’est très aimable à vous, dit Olivia. Si vous et votre épouse êtes libres ce week-end, peut-être pourrions-nous organiser une rencontre entre voisins. Joseph Harper approuva sans se départir de son air un peu préoccupé. – Ce sera avec plaisir. Pardonnez-moi d’insister, mais vous êtes en contact avec la police, n’est-ce pas ? Pour le drame d’hier, j’entends… – Oui, pourquoi ? répliqua Olivia qui pressentait que l’homme était particulièrement sérieux. – C’est-à-dire que… Ce sera sans nul doute plus pertinent si ça vient de vous, après tout, vous avez leur attention, alors que moi qui suis extérieur à ce drame, ils vont me regarder en se demandant ce que je viens faire là… – Où voulez-vous en venir ? pressa Tom. Harper hocha la tête, conscient qu’il tournait autour du pot. – Je suis professeur à l’université Miskatonic, c’est à Arkham, non loin. J’enseigne la littérature comparée, encore que ça n’est pas pertinent pour ce dont je veux vous parler. En fait, mes premières amours académiques ont été l’évolution de la langue anglaise, en particulier le début de l’anglais moderne, pour faire simple du XVIe au XVIIIe siècle, en étant un peu large. J’ai aussi des notions d’anglais ancien, bien sûr. – C’est très bien, mais…, commença Tom avant qu’Olivia ne l’incite à poursuivre d’un sourire.

Merci, monsieur Harper, fit Tom en lui tendant la main. Un peu surpris, le professeur la lui serra. – Peut-être que cela pourra aider la police en tout cas. Je me suis dit que venant de vous, cela aurait plus de poids. Notez que je ne présume de rien, c’est peut-être un hasard, mais tout de même, ces mots, cette intonation impérieuse, on aurait vraiment dit qu’il ordonnait à cette pauvre dame de se taire pour l’écouter. Je n’ai jamais eu écho de familles, dans le secteur, qui feraient perdurer une forme de vieil anglais, cela dit, la police jugera si c’est pertinent ou non, je suppose. Joseph Harper insista pour redonner son numéro de téléphone aux Spencer puis il rebroussa chemin, non sans les avoir salués à maintes reprises de la main. Olivia trouvait le personnage amusant, avec un fort potentiel « cinquante-cinquante », comme ils disaient avec Tom. Cinquante pour cent de chances d’être passionnant, cinquante pour cent d’être chiant à mourir, ce serait la roulette. Elle s’approchait de la voiture lorsqu’elle vit que son mari n’affichait plus le même visage détendu qu’il arborait au moment de sortir. – Chéri, il a voulu bien faire. Bavard, je te l’accorde, mais ça partait d’un bon sentiment. Tom acquiesça, l’air songeur. – Ça va ? insista Olivia. Les pupilles de Tom glissèrent vers elle. Il n’était plus le mari jovial qui s’efforçait de tirer sa femme vers le haut dans un moment difficile. Une chape de plomb semblait lui être tombée dessus brutalement. Il hésita un moment, puis désigna la maison.

BLED Les 50 Règles d’or de la Grammaire pdf Telecharger


Tu n’as aucune idée de ce que c’était ? insista Connor en remettant sa casquette des Red Sox sur son crâne. – Je ne l’ai pas vu, rétorqua Owen, mais ce que j’avais au derrière n’était pas là pour me faire un câlin, ça je peux vous le garantir ! Les quatre garçons se trouvaient assis sur un banc au milieu des érables et des hêtres qui garnissaient le petit parc devant l’immense complexe scolaire. Des dizaines d’adolescents de tous les âges se dispersaient ici et là maintenant que la journée était terminée. – N’empêche que tu ne sais pas exactement qui c’était. – Ou ce que c’était, rappela Corey. Sauf que les chiottes des mecs sont fermées ! T’as du bol que personne ne t’ait vu en sortir, sinon l’école te collerait la responsabilité des dégâts et tu serais dans la merde pour te justifier ! – Moi je te crois, intervint Chad en se levant pour leur faire face. J’ai vu la tronche que tu tirais quand t’as déboulé en cours, je sais que tu racontes pas des conneries. – Personne ne dit ça, répondit Connor avec un brin d’agacement, juste qu’on ignore la nature du… du… truc. – Un des épouvantails des Taylor ? proposa Chad. Owen secoua la tête. – Non, je ne crois pas. – Mais il t’a appelé, c’est ça ? – Il disait mon nom dans les canalisations, oui. Sa voix était un peu cheloue, comme… je sais pas trop… un peu chuintante.

Olivia faisait la connaissance de Gary Tully et de ses mémoires. Assise dans le fauteuil de son mari, face au bureau, elle feuilletait les nombreux carnets noirs tout en écoutant le long résumé que Tom lui exposait tandis que Zoey s’occupait sur le parquet avec ses jouets. La partie sur Jenifael Achak la captiva tout particulièrement lorsque Tom lui annonça qu’elle avait vécu entre ces murs. Il ne lui cacha rien, ni le suicide de Gary dans ce qui était aujourd’hui la chambre de leur fille, ni ceux de la famille Blaine pour la suite. – Tu n’as jamais vu de rats, n’est-ce pas ? demanda-t-elle un peu fermée.

Télécharger BLED Les 50 Règles d’or de la Grammaire 

Non. C’était pour protéger Zoey. Juste au cas où… Chérie, comprends-moi, tout s’enchaînait en même temps, ses hurlements chaque nuit, la morsure étrange de Chad, la découverte de ces livres ésotériques et du témoignage de Gary Tully, et aussi la présence glaciale que tu avais perçue ! – C’est moi qui l’ai vécu et je suis vite passée à autre chose. – Tu es une pragmatique. Et puis tu n’avais pas tous ces éléments sous le nez. Pardonne-moi, j’aurais dû t’en parler bien avant, mais je ne voulais pas que tu t’angoisses… Olivia hocha la tête. – Je sais, je sais. Tu voulais me protéger. Mais, Tom, lorsqu’il s’agit de notre famille, ne joue pas à ce jeu, c’est trop important. Tom fronça les sourcils. – Tu y crois ? Tu penses que tout ça peut être vrai ? – Comment savoir ? Toi-même, alors que tu es plongé dans tout ceci jusqu’au cou, j’ai l’impression que tu es paumé, est-ce que je me trompe ? Tom écarta les mains devant lui, désemparé. – C’est juste que c’est tellement… – Affolant ? Oui. Je ne sais pas quoi te dire. Les fantômes, l’esprit des gens morts, toutes ces considérations occultes m’ont amusée lorsque j’étais plus jeune, mais de là à dire que je suis prête à accepter que notre maison puisse être… hantée ? Franchement, j’ai du mal.

À vrai dire, c’est lui qui en sait le plus. Il habite en face de notre maison depuis des décennies, il a l’air hermétique au monde alors qu’il ne rate rien de ce qui s’y déroule. Puis Tom se redressa et déclara en montrant les tonnes de documents devant eux : – J’avais tout rangé dans les cartons pour les refiler à Martha Callisper, la médium. Mais je ne sais pas pourquoi, ça fait dix jours que je traîne à le faire. – Parce que quelque chose en toi n’est pas prêt. Tom, écoute ton inconscient. Il commença à fouiller sans vraiment chercher dans la montagne de carnets, de livres et de pochettes cartonnées remplies de notes, de dessins et de coupures de journaux anciens. – Je suis allé au bout de l’héritage laissé par Gary Tully. Franchement, j’en ai fait le tour. Et puis à quoi bon ? Ils se regardèrent, chacun avec la même idée, mais incapable de la formuler. Olivia, qui ne manquait pas de courage, osa le dire la première. – Parce qu’il y a un problème, que ça nous concerne puisque nous habitons dans cette maison à l’histoire si chargée. Voilà pourquoi. Tom inspira profondément. – Donc tu y crois. – Je suis mère de famille, Tom, une louve. Lorsqu’il s’agit de protéger les miens, je ne ferme aucune porte, je ne prends aucun risque. Pourquoi est-ce que tu as changé d’avis tout à l’heure après la discussion avec ce brave Joseph Harper ? – Le vieil anglais bien sûr ! Cette femme qui se suicide après avoir entendu l’injonction étrange qui lui a été faite dans la langue même que parlaient Jenifael Achak.

Telecharger Les 50 Règles d’or de la Grammaire pdf


Olivia posa son menton dans sa paume pour réfléchir. Elle vit Zoey qui jouait, perdue dans son monde imaginaire, insensible à toutes ces problématiques d’adultes. – Des putains de fantômes, lâcha-t-elle du bout des lèvres. – Je sais. C’est impossible. Olivia écarta les bras. – Je ne suis pas spécialiste, peut-être qu’il ne s’agit pas vraiment de fantômes, pas au sens où on l’entend, plutôt… une sorte de souvenir fort enfermé dans une boucle temporelle, et qui se cogne encore et encore contre cet endroit. Peut-être que notre famille, son bonheur, a déclenché ce mécanisme et lui a permis de passer d’une dimension parallèle à la nôtre. Il y a tant de choses qu’on ignore, que la science ne comprend pas encore, je me dis que c’est probablement un phénomène explicable, juste pas selon nos critères actuels. Tom se massa les joues nerveusement. – J’ai beau me convaincre que c’est improbable, confia-t-il, à chaque fois il se rajoute un événement, comme si toute cette folie cherchait à m’enfoncer le visage dedans jusqu’à ce que j’ouvre les yeux. Je n’arrive pas à en décrocher. Olivia désigna leur fille. – Voilà pourquoi nous n’allons prendre aucun risque et tirer sur le fil jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien. Je ne dormirai pas avec ce doute, pas en sachant mes enfants, ma tribu, ici sous ce toit. – Libre à toi de lire tout ça, je l’ai fait, et je ne sais pas quoi en conclure. Olivia secoua la tête.

Ah oui, j’avais oublié. Je pensais qu’avec ce qui s’était passé à la radio, ils n’auraient plus besoin de toi pendant un moment. – Au contraire, ils ont des tonnes de choses à régler. Je m’occupe de la petite pendant ce temps, ça leur laisse deux heures de soupape. J’ai quand même trente-cinq minutes avant de sauter dans ma voiture, souligna Gemma avec un sourire qu’elle espérait pas trop niais. – C’est vrai. Viens, on va s’installer sur les rochers, j’aime bien la vue qu’on a de là-bas, la falaise et son phare, et l’horizon de vagues. L’horizon de vagues… Et en plus il parle comme un poète. Gemma eut conscience d’être d’une mièvrerie qui dégoulinait de ridicule. Elle se ressaisit en mettant la raison avant ses émotions et ses vraies problématiques refirent surface au passage. Elle jeta un coup d’œil en arrière puis en direction de la longue allée goudronnée qui jalonnait toute la plage. – Tu peux te détendre, j’ai déjà vérifié, il n’est pas là, dit Adam d’un ton protecteur. Gemma lui avait tout raconté. Enfin, presque tout. Pas ce que Derek Cox lui avait fait dans le cinéma, là-dessus, elle était restée évasive, affirmant qu’il lui avait fait du mal. Mr Armstead, en cours d’anglais, serait heureux d’entendre un exemple aussi pointu d’euphémisme ! Gemma n’était pas prête à assumer son statut de victime d’agression sexuelle. Rien que l’expression la dégoûtait. Elle ne voulait pas qu’on parle d’elle en ces termes, hors de question. Surtout pas Adam. Cependant, elle lui avait exposé la situation dans laquelle il se fourrait s’il cherchait à la fréquenter, surtout s’ils s’exposaient en public.

Telecharger BLED Grammaire pdf gratuit


Elle en eut la chair de poule. Toute cette histoire avec Derek lui montait au cerveau, elle allait en avoir des cauchemars éveillés maintenant ! – Je ne sais pas quoi faire, avoua-t-elle. Avec Derek, ça ne peut pas durer comme ça éternellement. – Ignore-le, c’est mieux. – Je n’ai pas envie de devoir me cacher ou de regarder par-dessus mon épaule tout le temps quand je sors. J’en ai des douleurs dans le ventre. – Je pourrais aller le voir et lui… – Hors de question ! Tu sais très bien comment ça finirait. – C’est pas pour te mettre la pression, mais traîner avec toi fait déjà de moi un homme en sursis. Si c’est pas lui, Tyler Buckinson ou Jamie Jacobs finiront par me tomber dessus en son nom. Gemma fut saisie d’un sentiment de culpabilité soudain et un sanglot puissant lui creusa la poitrine. Elle serra les dents et parvint in extremis à l’enfouir, mais ses larmes la trahirent malgré ses efforts. Adam s’en rendit compte aussitôt. – Hey, non, je ne dis pas ça pour te faire de la peine, je suis désolé ! D’un geste instinctif, il l’enveloppa de son bras et la serra contre lui. Gemma se blottit contre son flanc, tête contre tête. – Pardon, gémit-elle en essuyant sa joue. De son autre main, Adam lui attrapa le menton pour qu’elle le regarde. Leurs visages s’effleuraient presque. – Je connais ces trois abrutis depuis que je suis gosse, quand tu m’as tout dit, ce midi, j’ai su ce que ça signifiait de poursuivre notre relation, mais je m’en fiche. J’ai envie d’être avec toi, tu comprends ? Ni Derek, ni Tyler ou Jamie ne l’empêcheront.

Adam Lear la serrait contre lui, ça c’était bien réel. Elle vit ses lèvres douces et pulpeuses juste à portée des siennes. Malgré les embruns, elle pouvait presque deviner son parfum. Sa tempe palpitait. Ses yeux la guettaient. C’était un instant terrible et magique à la fois. Brûlant de désir, d’incertitudes, de gêne et de possibilités. Une timidité adolescente dans leur rapport physique tout autant que dans leur émotion, bien avant que l’usure du temps, l’habitude routinière de l’âge adulte ne fassent perdre de son authenticité à un baiser, cet acte alors bouillonnant, exigeant de l’audace, créateur de doutes, initiateur de tempêtes hormonales, préambule à des éventualités aussi affolantes qu’enivrantes. Gemma conquit l’espace qui les séparait d’une courte impulsion, à peine quelques muscles de la nuque qui exigèrent pourtant de livrer bien des batailles intérieures, et lorsque la bouche d’Adam entra en contact avec la sienne, le monde entier s’effaça, tout comme la moindre de ses appréhensions. Une tiédeur voluptueuse l’enivra et l’emporta loin au seuil de son propre corps, au point de fusion entre elle et lui. Même le temps se dilua jusqu’à se fondre avec la mélopée des flux et reflux de l’océan, les cris des enfants au loin ou celui des mouettes qui s’oublièrent dans le fracas de ce baiser. Et pourtant, Gemma se souviendrait de chaque détail, plus tard, chaque son, chaque sensation sur sa peau, du vent aux frissons, à son rythme cardiaque. Un instantané de bonheur.

Non, répondit Corey, ça n’a rien à voir. C’est… Il faut que tu nous promettes d’écouter jusqu’à la fin, de pas nous traiter de fous, de pas crier et de pas pleurer. C’est pas une blague. Sur ma vie, je préférerais, mais c’est très sérieux. – Mortellement sérieux, ne put s’empêcher de commenter Chad entre ses lèvres. Connor insista pour qu’elle s’asseye sur la chaise, où Gemma finit par prendre place. Comme convenu entre les quatre garçons, Corey fit le récit complet de leurs aventures depuis la première apparition de l’épouvantail jusqu’à leurs toutes dernières conclusions, et chacun finit par y aller de ses précisions, si bien qu’au bout d’une demi-heure ils parlaient tous en même temps et à toute vitesse. Puis, lorsqu’ils n’eurent plus rien à ajouter, ils examinèrent Gemma en attendant la sentence. Ils s’étaient préparés à plusieurs réactions possibles, et pour chacune avaient affûté leurs arguments dont l’un consistait à la traîner à travers la forêt jusqu’aux restes de l’épouvantail. Mais ils ne s’attendaient pas à ce qui suivit. – Conduisez-moi au cadavre de Dwayne Taylor. Les garçons échangèrent des regards affolés. – Non, c’est impossible, s’opposa Owen. – Trop dangereux ! précisa Corey. – S’il y avait encore du danger sur le plateau, toute la famille Taylor aurait déjà été attaquée, fit remarquer la jeune femme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire