dimanche 14 octobre 2018

Personne ne m'a dit ebook en ligne gratuit


Lire le Personne ne m'a dit ebook en ligne


Et il disparut rapidement dans le sillon laissé par la présence hostile de Betty. Je me retournai incrédule vers David qui m’offrit son bras en bon gentleman. Je cherchai Raphaël du regard, mais il n’était plus là. Avait-il rejoint Betty et Léo ? De quoi voulait-elle lui parler ? Si Raphaël était avec eux, la discussion serait probablement plus clémente et ne pourrait pas tourner autour de cette relation qu’ils n’avaient jamais eue, ni autour de moi. Mais Raphaël fit son entrée, déjà vêtu de sa veste et tout joyeux. Et une pointe de panique m’envahit. Chassant mes angoisses, je leur tendis chacun un bras et nous nous mîmes tous les trois en route. J’espérais réussir à passer ces derniers instants ensemble dans une félicité légère et partagée. Mais nous étions bien loin d’envisager que la fin de la soirée ne ressemblerait en rien à celle que nous imaginions à l’instant présent. Quand nous arrivâmes au An Púcán, la fête battait déjà son plein. Les étudiants, probablement revigorés par les quelques jours de vacances qui arrivaient, papotaient, trinquaient et dansaient dans un joyeux brouhaha. Derrière son bar, George souriait à pleines dents, ravi de voir son endroit de prédilection plein à craquer et cette jeunesse prendre possession des lieux. À peine avais-je passé le pas de la porte qu’il se précipita à ma rencontre pour m’apporter mes deux pintes de Guinness – l’une remplie à ras bord et l’autre vide, bien entendu. Les bras chargés, je ne pus lui offrir comme remerciement qu’un baiser sur sa joue ridée, ce qui le mit dans tous ses états.


Télécharger Personne ne m'a dit ebook gratuit


Pas la peine d’ouvrir, je me doutais déjà du contenu et je m’en réjouissais à l’avance ! Rose était toute fière de sa création et moi, je rentrais dans le club très select des porteurs de pulls irlandais en mohair, créés de toutes pièces par la chère et tendre petite femme qui me faisait face. Mon cœur se déchira. Je n’avais aucune envie de partir. J’avais repris goût aux petites choses de la vie grâce à eux tous – enfin, à une exception près. Ses paroles ne parvinrent pas à me soulager totalement, d’autant plus que les heures s’écoulaient et me faisaient dangereusement glisser vers le moment fatidique du départ. Heureusement, mes étudiants étaient là pour me distraire et me réconforter, David en tête. Ce dernier s’était même senti investi d’une mission qui eut le mérite de nous faire rire tous les deux aux éclats. Il s’agissait de donner de sa personne et de réconforter cette jeune et jolie étudiante totalement sous le charme de Léo depuis le début de l’été. Il n’y avait qu’une seule personne qui m’appelait de la sorte. Akio, mon petit prince japonais, mon « garçon brillant », me faisait face, son petit sourire rieur au coin des yeux. J’avais envie de l’étrangler, mais autant ne pas perdre de temps. Je filai rapidement, sans oublier tout de même de mettre un terme à cette joute. – Très bien… Merci pour votre aide, mademoiselle… Je savais que je pouvais compter sur votre professionnalisme. Et toc ! L’hôtesse se retourna vers moi, verte de rage. Fière de mon petit effet, je partis la tête haute en direction des contrôles. Léo devait être dans la zone d’embarquement. Il ne pouvait en être autrement. Quand j’arrivai sur place, mon regard balaya rapidement l’assemblée. Mais toujours pas de Léo. Je ressentis une déchirure au cœur. Je ne pouvais y croire. Je refusais de le comprendre. Où était Léo ? Betty avait-elle prévenu Emma ? Léo allait-il par ma faute perdre la garde de Sam ? Et si j’avais tout simplement cru en quelque chose qui ne pouvait malheureusement pas exister ? Si finalement notre relation ne pouvait pas vivre au-delà de ce cocon, de ce quotidien bien rodé que nous venions de partager ? Et si je m’étais fait avoir ? Non. Ça, je ne pouvais l’accepter. Pas lui. Pas Léo. Pas nous… Mais alors, où était-il ?


Personne ne m'a dit en PDF ebook gratuit


Je ne pus m’empêcher de lancer un regard à la ronde à la recherche de Léo. Jamais je n’aurais imaginé que cette soirée prendrait cette tournure. Et j’étais bien loin de la vérité. Les heures filèrent à la vitesse de l’éclair et bientôt résonna le glas du départ. Je fis mes adieux aussi rapidement que possible, moi qui n’avais jamais été très douée en la matière, tout en tentant de prolonger le moment afin de laisser encore une chance à Léo. Betty et lui n’avaient pas réapparu. Je n’osai interroger Raphaël de peur de lui transmettre mon angoisse. Après tout, il ne connaissait pas – encore ? – la double personnalité de sa bien-aimée. Je n’avais pas le courage d’être celle qui allait faire voler ses espoirs et son bonheur en éclats. Et puis, qui sait… Peut-être allait-elle changer à son contact ? C’était ce qu’elle m’avait avoué à demi-mot et je l’espérais plus que tout. David me laissa sans voix en arrivant avec un somptueux bouquet de fleurs. Je ne le pensais pas aussi attentionné et romantique. La surprise mêlée à l’émotion me fit monter une nouvelle fois les larmes aux yeux. Sans me laisser l’opportunité de répondre, il prit congé et sortit du An Púcán sans même se retourner. Raphaël, qui se tenait près de la porte, me fit signe d’accélérer le mouvement en mimant dans son style bien particulier une horloge qui tournait. J’aurais tellement aimé que le temps suspende sa course folle. J’aurais tellement voulu que Léo soit là, à mes côtés et que ce soit lui qui m’accompagne à l’aéroport. Mais il en avait décidé autrement. Et j’en avais le cœur broyé en miettes.


Télécharger le fichier Personne ne m'a dit epub


Le chemin jusqu’à l’aéroport me sembla interminable et si court à la fois. Je suppliai Raphaël de me laisser au dépose-minute. Sa présence à mes côtés était trop douloureuse. Je voulais être seule. Ne plus penser. Partir. Et vite. Soudain, un espoir fou s’empara de moi. Et s’il était ici ? Si Léo me faisait la surprise d’être ici pour mon départ ? Si tout ça n’était que pour un cadeau ? S’il partait avec moi ? ! Je pris rapidement congé de ce nouvel ami que j’avais découvert au cours de ces quelques semaines, lui promettant de le tenir informé de la suite. Et, bien malgré moi, je me mis à courir, en traînant péniblement mes valises derrière moi, en direction du hall des départs. Une petite foule se tenait au comptoir d’embarquement. Je scrutai la file d’attente avec excitation, envie et peur. Je crus le voir un instant et mon sang ne fit qu’un tour, jusqu’au moment où l’homme en question me fit face et m’offrit un visage sombre qui n’était pas celui de Léo. Je devais me rendre à l’évidence. Léo n’était pas là. Mais peut-être était-il déjà en salle d’embarquement ? La surprise n’en serait que plus grande ! La file d’attente me sembla interminable. Quand arriva mon tour, je tentai un coup de poker en demandant à l’hôtesse si mon mari était déjà enregistré. J’avais envie de l’étrangler, mais autant ne pas perdre de temps. Je filai rapidement, sans oublier tout de même de mettre un terme à cette joute. – Très bien… Merci pour votre aide, mademoiselle… Je savais que je pouvais compter sur votre professionnalisme. Et toc ! L’hôtesse se retourna vers moi, verte de rage. Fière de mon petit effet, je partis la tête haute en direction des contrôles. Léo devait être dans la zone d’embarquement. Il ne pouvait en être autrement. Quand j’arrivai sur place, mon regard balaya rapidement l’assemblée. Mais toujours pas de Léo. Je ressentis une déchirure au cœur. Je ne pouvais y croire. Je refusais de le comprendre. Où était Léo ? Betty avait-elle prévenu Emma ? Léo allait-il par ma faute perdre la garde de Sam ? Et si j’avais tout simplement cru en quelque chose qui ne pouvait malheureusement pas exister ? Si finalement notre relation ne pouvait pas vivre au-delà de ce cocon, de ce quotidien bien rodé que nous venions de partager ? Et si je m’étais fait avoir ? Non. Ça, je ne pouvais l’accepter. Pas lui. Pas Léo. Pas nous… Mais alors, où était-il ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire