samedi 20 octobre 2018

En epub : Télécharger EPUB J'ai encore menti en pdf

J’ai encore menti pdf

Télécharger J’ai encore menti pdf gratuit

Laura se pose beaucoup de questions. Comment réussir sa vie ? Est-il possible de manger tout ce que l’on aime sans prendre dix kilos ? Comment trouver l’amour ?
Trop de doutes pour être heureuse, trop d’envies pour se contenter du banal... Jusqu’au jour où un accident va complètement effacer sa mémoire.

La voilà à nouveau débutante face à la vie, obligée de tout redécouvrir : les bonbons, les soutiens-gorges, les garçons, l’électricité et les lois qui gouvernent l’univers... Libérée des a priori, portée par un cœur affamé et un cerveau qui se cherche, Laura entame une aventure unique et hilarante. En ne sachant plus rien, elle a peut-être enfin une chance de devenir elle-même…


Qui n’a jamais rêvé de tout oublier pour recommencer ?
Gilles Legardinier confirme brillamment qu’il n’a pas son pareil pour allier le rire à l’émotion.
Attention : les scènes de cette comédie sont vécues par des non-professionnels, il est vivement conseillé de les reproduire chez vous !






Telecharger EPUB J'ai encore menti en pdf 2019, Oui, de mauvaises pensées. Liées à de mauvaises fréquentations. D’où venait une telle science, celle qu’on ne peut plus oublier quand on la possède ? Elle se souvenait d’un vieux dicton de son enfance : « Avec l’âne et le fou, ne pas lésiner sur les coups. » Mais qui était l’âne ? Elle le voyait d’ici, son Nicolas, derrière le fou du dicton, et il n’en aurait pas fallu beaucoup pour l’éloigner. L’âne a peur. Mais peut-être suis-je à l’origine de ces mauvaises pensées, a-t-elle songé en prenant la robe en soie qui lui restait à repasser. Elle glissait une main dans ses cheveux touffus et rebelles en observant Escucha mucho qui faisait glisser le fer sur une chemise blanche. « Fais attention, c’est une chemise Fusaro », lui a-t-elle signalé, même si ce n’était pas nécessaire. Elle s’est rappelé un dimanche après-midi, plusieurs années auparavant. Elle avait alors eu un mauvais pressentiment qu’elle ne parvenait à relier que maintenant aux mauvaises pensées, à l’âge et à la visite au commissariat. Ils sont tous les quatre au bord de la mer, du côté de Villa Pignatelli, Christian dans sa poussette. Il fait chaud. Le soleil chauffe les rideaux métalliques, il fouille parmi les palmiers et les buissons, comme s’il devait tuer toutes les ombres qui subsistent.

EPUB J'ai encore menti ebook gratuit 

Nicolas marche d’un pas rapide, son père juste derrière lui. Puis, soudain, un silence glaçant, une lame de silence et les bruits qui ont suivi. Quelqu’un entre, peut-être dans un restaurant, on entend un coup de feu, un autre. Sur le trottoir, les gens se figent sur place, certains s’éclipsent. Sur le front de mer, la circulation semble se taire. Des tables qu’on renverse. Des verres qu’on casse. On entend tout et Mena laisse la poussette à son mari, elle attrape Nicolas par le col. Elle a du mal à le tenir. Personne n’abandonne sa place, comme dans ce jeu où celui qu’on touche doit rester là où il est, sans bouger, telle une statue. Puis un type tout maigre à la cravate dénouée ressort, des lunettes noires collées sur le front. Il regarde autour de lui, fouille l’espace et voit une rue devant lui qui tourne à angle droit. Il semble ne pas hésiter, couvre rapidement les quelques mètres, prend à droite et voit une voiture garée, s’allonge à terre et, avec de petits mouvements rapides, se faufile sous le véhicule. L’homme au pistolet apparaît à son tour sous le soleil, fait quelques pas et s’arrête, aussi immobile que les autres personnes autour. Il remarque sur le trottoir opposé un homme qui lui fait signe, indiquant la voiture non loin, derrière le coin de rue.


PDF J'ai encore menti en ligne


peine esquissé, que tant d’immobilité souligne. Il ne cherche pas le type qui s’est glissé sous la voiture. Il marque même une pause, caresse son arme, s’accroupit sans difficulté et la baisse au niveau de la rue, parallèle à l’asphalte, une joue contre la portière, tel un médecin qui ausculte un patient. Puis il fait feu. Deux, trois fois. Et il continue, dans toutes les directions. Mena sent Nicolas pousser vers l’avant. Une fois que l’homme qui tirait a disparu, Nicolas échappe à son étreinte et court vers la voiture garée. « Y a du sang ! Y a du sang ! » s’écrie-t-il en montrant un filet rouge qui coule dessous. Puis il s’accroupit à son tour et examine ce que les autres ne peuvent pas voir. Mena se précipite et l’entraîne derrière elle en le prenant par son tee-shirt rayé. « C’est pas du sang, dit son père. C’est de la confiture. » Nicolas ne l’écoute pas. Il veut voir le mort. Sa mère peine à l’éloigner de la scène. Elle comprend que sa famille est en train de devenir le centre de l’attention. Avec la légère pente de la route, le sang coule en filets. Mena réussit à éloigner son fils, elle le pousse et le tire, mais pas à lui arracher cette curiosité sans peur, comme si c’était un jeu.

Télécharger le fichier J'ai encore menti 

De temps en temps elle repense à cet après-midi et revoit son fils, à l’âge qu’il a sur la photo affichée dans sa boutique. Et quelque chose lui saisit l’estomac telle une morsure, une tenaille. Qu’est-ce que j’ai fait ? Furieuse, elle retourne au fer à repasser, et il lui semble que cet appareil, ce commerce, ce travail qui consiste à nettoyer, à lisser et à plier, ont un lien avec son rôle de mère. Nicolas n’a pas peur, se dit-elle, et elle a peur de se le dire. Mais c’est la vérité, elle le voit. Ce visage béni par la jeunesse, ce ciel qui n’a rien d’un blue sky mais ne se laisse pas obscurcir par les mauvaises pensées cachées sous la surface, ce visage continue à irradier. Pendant quelque temps, elle a envisagé de le faire travailler avec elle dans la boutique, après l’école. La boutique, l’école : ça la fait sourire. Nicolas prenant la place du Péruvien et pliant de belles chemises blanches. Peut-être est-il bien là où il est. Mais où est-il ? Pour ne pas se laisser envahir par le frisson qui parcourt sa peau, elle regagne le seuil de la boutique. Les yeux du monde sur elle, se sent magnifiquement belle.

Télécharger en pdf J'ai encore menti gratuit

Ils ont mis pied à terre sans cesser de faire ce qu’ils faisaient, crier et s’insulter. Copacabana les avait prévenus que le maître d’hôtel les accueillerait et leur expliquerait tout, quoi faire, quels plats apporter, le rythme à respecter, le comportement à adopter. Il serait le général de cette armée improvisée dans laquelle manquait Biscottino, trop jeune pour avoir l’air d’un serveur, et Drago, cousin de la mariée et donc invité au mariage. Le maître avait reçu la liste des extras et leur fournirait leurs tenues. L’homme au costume Dolce & Gabbana s’éclaircit la voix – un son aigu, incongru, qui les a fait se retourner –, puis il a tendu un doigt osseux vers la porte de service et a disparu à l’intérieur. Tucano a voulu dire quelque chose, mais Nicolas lui a donné une tape sur le crâne et a suivi l’homme. En file indienne, sans dire un mot, les autres aussi sont entrés, et ils se sont tous retrouvés dans la cuisine. Les mariés exigeaient de l’élégance et de la retenue. Ils devaient tous porter un costume D&G, la griffe préférée de Viola. D’une voix stridente qui n’aidait pas à déterminer son âge, le maître d’hôtel les leur a remis, encore dans une housse, et leur a ordonné d’aller se changer dans la réserve. Quand ils sont revenus, il les a fait aligner contre un mur de fours en inox et a sorti sa liste.


Télécharger livre J'ai encore menti epub


Ils n’étaient pas habitués à ce qu’on les traite ainsi, mais Nicolas avait insisté : la journée devait se passer sans problème. À tout prix. Il fallait donc supporter ce tocard de maître d’hôtel. Lollipop souriait sous sa barbiche, qu’il laissait pousser comme un homme malgré ses quatorze ans. Il avait dessiné une fine ligne qui partait d’un favori, descendait vers le menton, longeait la lèvre puis remontait de l’autre côté. La chemise lui allait à la perfection, grâce aux heures qu’il passait à la salle de sport pour se forger des abdominaux, et le pantalon dissimulait ses jambes maigres, dont il ne s’occupait pas autant que du haut du corps et des sourcils en ailes de mouette. « Toi, la grande perche, a dit le maître d’hôtel en indiquant Briato. Tu seras chargé du gâteau. Il a sept étages et j’ai besoin de quelqu’un qui arrive tout en haut. » Le pauvre Briato n’arrivait pas à faire tenir sa cravate droit sur son ventre rebondi, mais il avait de superbes cheveux noirs coiffés en arrière avec du gel. « Agostino De Rosa. » Cerino, lui, présentait mal. Il s’était décoloré les cheveux, une horreur – quand Nicolas l’avait vu, il avait pété un câble –, et le col de la chemise ne suffisait pas à cacher le tatouage qu’il avait.


Télécharger maintenant le fichier J'ai encore menti ebook gratuit


un soleil rouge feu dont les rayons montaient jusqu’à la pomme d’Adam. Le maître d’hôtel a saisi le col et tiré vers le haut, mais on voyait toujours les rayons. Si ça n’avait tenu qu’à lui, il aurait renvoyé Cerino à coups de pied aux fesses, on ne se présente pas ainsi, mais Copacabana lui avait demandé d’y aller doucement. Il est donc passé directement aux derniers de la liste, les appelant en bloc. Il voulait voir comment ils se déplaceraient parmi les verres en cristal et les assiettes en porcelaine. « Nicolas Fiorillo, Giuseppe Izzo, Antonio Starita, Massimo Rea. »

Extrait 25 : epub pdf J'ai encore menti en ligne

Un peloton débraillé s’est détaché du groupe. Le maître s’est approché des deux plus petits, Dentino et Drone, qui portaient le costume tel un pyjama (ils avaient retourné les poignets et les bas de pantalon pour qu’ils ne traînent pas sur le sol), et leur a donné deux assiettes chacun, une dans chaque main. Puis il s’est tourné vers Tucano, s’abstenant de tout commentaire, car le temps pressait, et lui a confié un plateau en argent. Il y avait déposé quelques flûtes à champagne qui tintaient. Quant à Nicolas, il l’a observé un peu plus longtemps et a déduit de ses épaules larges, de son corps tonique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire