mardi 16 octobre 2018

Telecharger La bête originelle – ebook gratuit



Étrangement, la colère de Béliveau affaiblissait celle de Vézina, qui n’en revenait toujours pas que Claudia ait eu le culot de s’associer avec Jacob. La capitaine fit comprendre avec peu de mots qu’elle voulait savoir tout ce qui venait de se produire ; la détec- tive s’était exécutée pour la partie précédant la décou- verte du cadavre, Vézina pour celle lui succédant. Tout au long du récit, Béliveau ne sourcilla pas ; elle se contenta de cumuler les informations, de les analyser, de voir où ses agents auraient pu mieux performer. Sauf qu’elle ne décela aucune faille. Le tueur avait été le plus malin, point barre.  On a quand même pu procéder à plusieurs arres- tations, continua Vézina en n’osant pas toucher son thé. On a réussi à soutirer des aveux de deux employés du Lupanar, chargés de la sécurité. Le procureur avait raison de soupçonner Duhaime. Son club est tout sauf réglo. Il faisait passer de la coke en douce à ses clients, qu’il vendait à prix d’or pendant ses soirées organisées. On a aussi trouvé d’autres méthamphétamines, surtout de la MDMA. Malheureusement, personne sait à qui il achetait toute sa came. Y en avait un paquet en réserve. Les employés touchaient une bonne partie des recettes en se fermant la trappe et en s’assurant que rien ne sorte du club. Constatant que c’était loin de suffire pour apaiser Béliveau, Vézina poursuivit :  Pareil pour la prostitution. L’amie d’Émilie Boutin ne nous avait pas mentis. Duhaime payait bel et bien des 128 Simon Rousseau en ligne jeunes femmes pour fréquenter le club, pour se faire.

telecharger Simon Rousseau – La bête originelle en ligne

passer pour la blonde de tel ou tel membre VIP. Comme ça, Duhaime réussissait à s’attirer une clientèle de bour- geois obsédés sans qu’ils aient nécessairement besoin de partager leur vraie femme. La moitié des membres du club ne faisait même pas du véritable échangisme. Nos collègues aux mœurs travaillent déjà là-dessus. À ces mots, Claudia se sentit mal à l’aise ; le type avec qui elle avait baisé, là-bas, c’était qui, au fond ? Le père de trois enfants qui trompait sa femme avec une pute dans un club échangiste de tarés, fans de l’Antiquité ? Un véri- table libertin désirant repousser ses limites ? Ou un camé souhaitant juste prendre son pied pendant qu’il était stone ? Elle préféra éviter d’y songer davantage.  On a aussi découvert la liste de clients de Duhaime. J’ai demandé à Joey de fouiller non-stop son ordi pour trouver quelque chose qui pourrait nous aider. On a interrogé tous les membres encore sur place quand on est arrivé, mais à date….  Si je comprends bien, le coupa Béliveau, on n’a plus aucun suspect. Silence. Personne ne savait quoi répondre à cet énoncé tout à fait véridique. Après de longues secondes, Vézina se racla la gorge :  Mon équipe va contacter toutes les personnes sur la liste de Duhaime dès demain matin. On va sûrement…  Notre seul suspect s’est transformé en victime. Le seul ! Et si le tueur a su détruire les vidéos de 129 LA BÊTE ORIGINELLE en ligne surveillance de ce soir, vous pensez pas qu’il a pu tout simplement effacer son nom de la liste de clients ?.


telecharger La bête originelle pdf gratuit


Effectivement, Marc y avait pensé.  Vous avez une idée du mobile, au moins ?  Pas vraiment.  Pas vraiment ? C’est ça que je devrais répondre aux journalistes et à mes boss quand ils vont me tomber dessus, demain ? Pas vraiment ? Je suis censée faire quoi ? On a beau avoir arrêté quelques dealers pis quelques putes, on est plus loin de l’assassin qu’on l’était hier. Pis ça se peut que ce soit un tueur en série, en plus !  Ça on n’est pas sûrs…  Marc, réveille ! Elle venait de hausser le ton plus qu’elle ne l’avait voulu. Elle n’était pas du genre à piquer des crises ou à s’époumoner pour réprimer ses agents ; elle se contentait généralement de les confronter à l’aide de phrases réflé- chies qui les faisaient passer pour des idiots. Le lieu- tenant l’avait rarement vue dans un tel état. Cette affaire était donc si cruciale pour sa carrière ? La capi- taine prit une profonde inspiration, puis enchaîna plus calmement :  Ça fait deux meurtres en moins d’une semaine. Avec des modus operandi assez similaires, si j’ai bien compris. Le meurtrier prend des parties animales, pis il les colle aux corps de ses victimes après les avoir égor- gées. Si ça te fait pas penser à une méthode de tueur en série, Marc, je sais pas ce qu’il te faut. 130 Simon Rousseau gratuit Le lieutenant avait sa petite théorie là-dessus, mais il préféra se taire pour le moment. Ça ne valait pas la peine de la contredire, surtout que son hypothèse à elle demeu- rait plausible. Puis, contre toute attente, Jacob prit la.

telecharger La bête originelle en epub ebook

parole.  Vous êtes certains qu’il n’y en a pas eu d’autres, avant ?  Qu’est-ce que vous voulez dire, sergent Dumas ? « Sergent Dumas ? » pensa Vézina. « Elle a donc déjà oublié pourquoi on l’a suspendu ? »  Le meurtre d’Émilie Boutin. Vous êtes sûrs que c’est le premier de notre homme ? Je veux dire… Ça prend déjà du cran, tuer quelqu’un. Imaginez à quel point ça en prend pour tuer de cette manière-là ! Peut- être que le meurtrier a déjà tué par le passé.  Je pense que si quelqu’un d’autre s’était fait buter puis changer des parties de son corps pour celles d’ani- maux, on l’aurait su… répliqua Vézina, de mauvaise foi.  Il n’a pas nécessairement utilisé le même pro- cédé, se défendit Jacob. Ou peut-être même qu’il n’a tué que des animaux. Pour échanger leurs membres entre eux.  What the…  Lieutenant Vézina, intervint Béliveau, le regard sévère. Je pense qu’avec le peu de pistes que vous détenez, vous avez intérêt à écouter les hypothèses de Dumas, aussi marginales qu’elles puissent paraître. C’est lui le plus calé d’entre nous dans ce domaine, non ? Si ça 131 LA BÊTE ORIGINELLE ebook gratuit continue de même, le ministre de la Sécurité publique va finir par transférer le dossier à la SQ ! Ça fait que si les idées de Dumas peuvent nous aider, on va les prendre ! Même si cela déplaisait à Marc, elle avait raison. Avant d’entrer dans les forces de l’ordre, Jacob s’était donné la peine d’effectuer quelques années d’études uni-.


PDF La bête originelle ebook gratuit


versitaires en criminologie afin de s’outiller le plus pos- sible contre les criminels qu’il aurait à envoyer derrière des barreaux. Au sein de l’unité de Vézina, Jacob était reconnu comme étant le détective le plus apte à com- prendre la psychologie de leur difficile clientèle. Comme s’il était capable de s’immiscer dans leur esprit, de les déchiffrer de l’intérieur. Le lieutenant se tut donc, porta son thé déjà presque tiède à ses lèvres et écouta. Il commençait à se rendre compte qu’il laissait un peu trop ses sentiments prendre le dessus.  Si on a vraiment affaire à un psychopathe ou à un sociopathe, reprit Jacob, il faut garder en tête qu’il a dû apprivoiser graduellement sa violence avant de la libérer au point d’assassiner un autre être humain. Vous êtes sûrement au courant que, très souvent, les futurs tueurs en série présentent des symptômes assez fla- grants dès leur enfance. Le plus commun de tous, c’est la violence envers les animaux. Étant donné que dans ce cas-ci, même quand il tue des humains, il y mêle des par- ties animales, je pense qu’il y a de bonnes chances pour que notre tueur ait une fixation sur la partie bestiale de l’homme. 132 telecharger Simon Rousseau  Joey nous a dit qu’avec Émilie Boutin, il avait peut-être créé un modèle du dieu Anubis…, dit Claudia, sceptique. Ça concorde avec le genre du Lupanar, tu l’as vu comme moi…  Je comprends son raisonnement. S’il n’y avait eu que le meurtre d’Émilie Boutin, j’aurais même sûrement été d’accord avec lui. Mais là, désolé, mais ce qui reste.

Partie 1  : La bête originelle en ligne

de Duhaime n’a rien à voir avec un quelconque dieu de l’Antiquité. Je suis peut-être pas expert comme Joey là- dedans, mais je ne connais aucune divinité païenne mi- homme, mi-porc, qui en plus serait liée d’une manière ou d’une autre avec la sexualité. Pis si on est d’accord pour dire que c’est la même personne qui a fait ça… ça signifie que la ressemblance du premier cadavre avec Anubis est probablement juste une coïncidence. Sauf que selon moi, il y a quand même une chose à retenir de cette théorie sur le fanatisme mythologique.  Laquelle ?  Les corps que le tueur laisse derrière lui… c’est vrai que ce sont en quelque sorte des hybrides. Des êtres mi-hommes, mi-animaux… Comme la plupart des dieux de l’Égypte antique. D’où la confusion. Sauf que d’asso- cier ces deux données… c’est un trop gros raccourci.  Donc ? insista Claudia, qui ne voyait pas où Jacob voulait en venir.  C’est possible que l’assassin veuille représenter de façon physique la partie animale de ses victimes. D’après ce que vous m’avez raconté, Émilie Boutin était un peu… une prostituée. Dans des termes plus grossiers, 133 LA BÊTE ORIGINELLE le tueur pourrait aller jusqu’à la considérer comme une « chienne ». D’où la tête de chien.  Criss… t’es pas en train de nous dire que Lachance avait encore raison avec ses niaiseries ?  Pour Duhaime, il l’a représenté avec des parties de porc, continua Jacob, sans se soucier du commen- taire de sa partenaire. De cochon. Dans notre langage, on utilise ce mot-là pour traiter quelqu’un de pervers.

Télécharger le fichier La bête originelle pdf epub

C’est ce qu’était Duhaime, au fond, non ? En plus, il a laissé son cadavre dans une position qui laisse pas beau- coup de place à une interprétation plus approfondie… C’est assez clair, mettons. Les policiers prirent le temps d’assimiler l’analyse du détective déchu. Pouvait-il avoir raison, ne serait-ce qu’en partie ?  Donc le Lupanar aurait rien à voir, selon toi ? demanda Vézina, perplexe.  Pas nécessairement. C’est vrai qu’il lie les deux victimes… Mais ça ne veut pas dire que l’assassin s’ins- pire des mythologies antiques pour tuer. Ça doit être plus instinctif, plus primitif, moins… contrôlable. On a sûrement affaire à un psychopathe, ça peut pas être juste une histoire de vengeance.  On va espérer que c’est pas le cas, mais ça vaut quand même la peine de se préparer à cette possibilité, ajouta la capitaine en joignant ses mains, coudes sur le bureau. Dites-moi, sergent Dumas, êtes-vous sobre ? La question créa sur-le-champ un malaise dans la pièce. Elle n’ébranla toutefois pas Jacob, qui répondit avec un simili sourire, serein. 134 le fichier  Simon Rousseau  Oui.  Depuis combien de temps ?  D’alcool ?  Vous savez très bien que je ne parle pas de ça.  J’ai pas repris de drogue depuis que vous m’avez suspendu. Béliveau le fixa durant de longues secondes, cher- chant un tic facial pouvant trahir sa supposée honnêteté.

En epub le fichier Simon Rousseau – La bête originelle en ligne gratuitement

Elle ne trouva rien : Jacob paraissait dire la vérité. Cela ne l’excusait en rien, mais c’était suffisant pour supposer qu’il ne deviendrait pas un fardeau pour l’enquête. La capitaine bomba le torse.  Vous êtes à partir de maintenant réintégré à l’unité du lieutenant Vézina pour participer à l’enquête portant sur les meurtres d’Émilie Boutin et de François Duhaime. Vézina explosa, laissant échapper une partie de son thé par terre dans le processus :  C’est une joke ? Il est suspendu ! Il a tabassé un suspect pendant qu’il était gelé sur je sais pas quelle cochonnerie, câlice ! À cause de lui, y a un hostie de malade en liberté ! Pis on va le réintégrer comme ça, juste parce qu’il vient de nous sortir deux trois affaires de je sais pas quel livre sur les psychopathes ? Voyons donc !  Assez ! Béliveau avait bondi de son siège, plaqué les paumes sur sa table de travail. Elle avait prononcé son ordre d’un ton si sec qu’elle avait complètement freiné l’élan de Vézina. 135 LA BÊTE ORIGINELLE  Sergents-détectives Perez et Dumas, dehors. Allez vous reposer, vous avez eu une soirée… assez mouvementée comme ça. On se recroise demain matin. Toi, Marc, tu restes ici. Les deux enquêteurs s’exécutèrent en silence. Si Jacob préféra éviter le regard du lieutenant, Claudia posa une main douce sur son bras avant de partir, consciente que la colère de son chef et ami était d’abord née de l’une de ses discutables décisions à elle. À ce contact, Marc ferma.

Epub Simon Rousseau – La bête originelle télécharger ebook gratuit

momentanément les yeux, décontracta ses muscles crispés par l’irritation. Comment pourrait-il lui en vou- loir plus longuement ? Il lui avait déjà tout pardonné. • • • Installé à son propre bureau et armé d’une quantité de caféine suffisante pour sortir un ours de l’hibernation, Vézina ruminait les directives de sa patronne : réinté- grer Jacob dans l’équipe, s’assurer que les autres agents le prennent au sérieux et cesser de remettre en question l’autorité de sa supérieure, surtout devant d’autres poli- ciers. Il avait bien tenté de défendre son point de vue, mais rien n’avait fonctionné. Béliveau avait pris sa déci- sion, irrévocable. Si Jacob ne se montrait pas à la hauteur ou s’il affichait ne serait-ce qu’un seul symptôme d’in- toxication, Vézina aurait le droit de le suspendre à nou- veau, et cette fois, de façon définitive. Autrement, le 136 Simon Rousseau en pdf sergent-détective Dumas reprendrait ses fonctions comme s’il ne les avait jamais quittées. Marc n’était pas d’accord, mais il avait rapidement abandonné toute tentative de riposte. Après tout, il était indéniable que l’investigation s’avérait plus complexe que prévu. Un enquêteur de plus dans son équipe, aussi instable et indigne de confiance fût-il, ne serait pas de trop. Vézina devait canaliser son ressentiment, travailler de pair avec Jacob et se concentrer sur l’affaire en cours. Il n’avait pas quitté le commissariat après son entre- tien mouvementé, préférant tout de suite régler une bonne partie de la paperasse à remplir concernant le plus récent meurtre. Il laissait habituellement les sec-.


Télécharger La bête originelle en ligne gratuit pdf epub


tions les moins importantes à Luc Lachance, qui chéris- sait bien davantage la rédaction de rapports que la course aux malfrats, mais, cette fois, Marc avait besoin de cette tâche abrutissante et technique pour s’éclaircir les idées et éviter de penser au fait que son autorité ne lui servait pas à grand-chose depuis l’ouverture de l’enquête. Il terminait à peine une première page quand son cellulaire vibra dans sa poche ; le nom de sa fille apparut sur son afficheur.  Laurence ? Qu’est-ce qu’il y a ? Il est presque 2 h du matin…  Justement ! La voix de la jeune femme le fit automatiquement sourire.  T’es où ? 137 LA BÊTE ORIGINELLE  Au poste. Encore.  Dire que j’pensais que t’étais avec une madame… J’suis déçue.  Une « madame » ? T’es sérieuse ? Tu me rajeunis pas.  Pas de ma faute si t’as des cheveux gris pis que tu gardes un bol de peppermints dans le salon.  Ça goûte bon pis ça donne bonne haleine ! Le père et la fille rirent en chœur. En quelques phrases à peine, Laurence venait d’améliorer de façon exponentielle l’humeur de Vézina.  J’imagine que tu vas rentrer full tard ? reprit la jeune femme.  Oui. J’ai encore de la paperasse à remplir. Par miracle, les réseaux sociaux ne s’étaient appa-.

remment pas encore approprié le scoop du nouveau scan- dale du Lupanar. Ou Laurence n’avait tout simplement pas vu passer la lugubre nouvelle sur son fil d’ac- tualités. Le lieutenant préféra éviter le sujet, au moins pour cette nuit.  Tant mieux, comme ça on va pouvoir faire du bruit.  Argh, Laurence, j’veux pas le savoir… Par « on », sa fille voulait dire « elle et sa fréquenta- tion actuelle », un gars de l’université qu’elle voyait depuis quelques semaines. Sa fille prenait un malin plaisir à raconter absolument tous les détails de sa vie sexuelle à son père, sachant pertinemment qu’il ne vou- lait rien entendre. Le pire, c’est qu’en parlant autant de sa 138 Simon Rousseau en epub libido débridée, Laurence avait fini par rassurer Marc et le libérer de certains tabous de sa génération.  T’sé, je pense qu’il faudrait que tu te déniaises un peu de ton bord, ajouta-t-elle, espiègle. C’est ben beau travailler pis courir après des méchants, mais faudrait que tu t’amuses, aussi !  Pis par m’amuser, j’imagine que tu veux dire : rencontrer une « madame » ?  Ben oui, pourquoi pas ? Pas obligé que ce soit sérieux, là ! Juste pour fourrer de temps en temps… Découragé, Vézina porta une main à son front ridé. Sa fille avait le don de manquer de classe… mais quelque part, ça faisait partie de son charme. Comme pour sa mère, jadis.  À mon âge, ma belle, c’est pas aussi évident que pour vous autres…

Arrête, y a Tinder ! C’est clair que je t’inscris dès que t’arrives à la maison.  Non non, pas question, rigola Marc. C’est sûr que j’irai pas là-dessus.  Grinder, d’abord ?  C’est quoi ça ?  À peu près la même affaire que Tinder, mais pour les gays. Le lieutenant s’esclaffa, imaginant fort bien le sourire de Laurence à l’autre bout du fil, fière de son coup.  Je te laisse travailler, mon ami va bientôt arriver.  O.K., ma puce. Bonne nuit, je t’aime.  Je t’aime aussi, p’pa. 139 LA BÊTE ORIGINELLE Puis, juste avant de raccrocher, Vézina ajouta :  Pis merci. Merci beaucoup.  Merci pour quoi ? Je t’ai même pas encore matché avec une madame !  D’être là, répondit-il le plus sérieusement du monde. Une maudite chance que t’es là. 140 CHAPITRE 15 Il était un peu passé 9 h du matin lorsque Vézina con- voqua tous ses enquêteurs à un nouveau briefing dans la salle de réunion. La plupart paraissaient crevés, sauf peut-être Luc, qui avait la chance de ne pas avoir eu à se lever en plein milieu de la nuit pour se présenter sur la scène du crime. Sachant que Lachance aurait énormé- ment de boulot aujourd’hui, le lieutenant avait voulu lui éviter cette peine ; il serait de toute manière beaucoup plus efficace sur la ligne téléphonique qu’aux pieds du.

cadavre de Duhaime. L’odeur de la caféine s’entremêlait aux arômes sucrés ; Vézina avait acheté des cafés et des beignes pour tout le monde. Cela n’allait certainement pas compenser toutes les heures supplémentaires des jours à venir, mais tous commenceraient au moins leur journée avec un semblant de sourire sur la figure. Béliveau lui avait assuré qu’elle n’interviendrait pas, cette fois ; elle devait préparer sa conférence de presse de l’avant-midi. Ainsi, Vézina pour- rait enfin diriger son équipe comme bon lui semblait. LA BÊTE ORIGINELLE Il crut d’abord que tout le monde était arrivé, mais il se rappela que Jacob Dumas avait réintégré son équipe depuis un peu moins de 12 heures.  Où est Jacob ? demanda-t-il, oubliant qu’il n’avait même pas informé les autres détectives de la décision de Béliveau.  Jacob ? Jacob Dumas, tu veux dire ? s’enquit Lachance, un beigne dans chaque main. Pourquoi tu demandes ça ?  La capitaine l’a réintégré, expliqua Claudia, dont les cernes trahissaient la fatigue.  Hein ? Pourquoi ?  C’est lui qui a découvert le cadavre, hier. Pis il a émis une théorie à laquelle on n’avait pas pensé.  Hier ? Il était là ? Ça veut dire que… Sans aucune retenue, le policier bedonnant s’esclaffa, délaissant une pâtisserie pour mieux se claquer la cuisse et s’adresser à Claudia.  C’est lui qui est allé au club échangiste avec toi ? L’inspectrice se contenta de hocher lentement la tête ; elle avait appréhendé les moqueries de Luc toute la nuit.

Ce dernier se bidonna sans aucune considération pour sa collègue, tandis que Joey et Virgile préférèrent se taire, de peur de froisser soit Claudia, soit Vézina.  Oh, pauvre Marc ! ajouta Lachance entre deux rires gras. T’as vraiment dû passer une nuit de marde !  T’as fini ? Le ton inquisiteur de la question laissait suggérer que Vézina n’avait pas envie de rire et qu’il n’avait rien à 142 Simon Rousseau ebook faire des semblants de sympathies de Luc. L’heure était trop grave pour se plaindre ou pour se plaire de l’ironie de la situation. Afin de mieux se contenir, comprenant à quel point son supérieur n’était pas enclin à la rigolade, Lachance porta son verre en carton à ses lèvres et faillit se brûler la langue avec son café. Vézina reprit donc :  On n’a pas de temps à perdre, on va commencer sans Jacob. Sachez que si hier l’enquête était prioritaire, aujourd’hui elle doit occuper toutes vos pensées. J’haïs ça l’avouer, mais ça se peut qu’on ait affaire à un tueur en série.  Really ? fit Joey, incrédule. Ici, à Québec ?  T’as vu le cadavre comme moi. Je pense pas que les meurtres d’Émilie Boutin et de François Duhaime soient de simples règlements de comptes, mais peu importe. Le plus important, maintenant, c’est d’analyser la liste de clients que t’as trouvée dans l’ordi de Duhaime. Le nom du tueur y est peut-être inscrit. C’est assez simple, on se la divise en parts à peu près égales, pis on appelle et on rencontre les personnes sur la liste. J’veux qu’on les considère toutes comme coupables potentiels, même ceux qu’on a pu interroger rapidement hier. Notre.

suspect principal est devenu une victime : y faut qu’on ait au plus sacrant un autre bouc émissaire. Pour l’ins- tant, je vois pas d’autre… Soudain, Jacob pénétra en silence dans la salle de réunion. Il portait les mêmes vêtements que lors de l’en- tretien avec Béliveau, tenait une enveloppe dans sa main et ses yeux rougis évoquaient deux possibilités : soit il 143 LA BÊTE ORIGINELLE avait fumé une quantité importante de marijuana, soit il n’avait pas fermé l’œil de la nuit. Il avait à peine fait trois pas dans la pièce que Vézina l’interpella :  Ça va, on te dérange pas trop ? T’as peut-être oublié que dans la police, on fait pas nos propres horaires ?  Je pense que j’ai trouvé quelque chose. Surprise générale. Personne ne sut quoi répondre. Jacob s’immobilisa devant tout le monde, près du lieutenant.  J’ai fait pas mal de recherches. J’ai un ami qui tra- vaille aux archives de la SQ, un vrai freak qui vit quasi- ment de nuit. Après notre meeting avec la capitaine, je savais qu’il serait encore debout. Il m’a donné accès aux dossiers classés. Pis j’ai trouvé de quoi de gros, je pense. Il sortit de son enveloppe des photocopies de rap- ports de police qu’il avait numérisés aux archives. Il en sélectionna une en particulier, qu’il tendit à bout de bras afin que tout le monde puisse la voir convenablement. À cette distance, impossible de lire le contenu de la fiche, mais une image en noir en blanc, à droite du texte, était discernable : il s’agissait d’une photo d’école d’une jeune.

fille, une adolescente de 13 ou 14 ans. Elle souriait à peine. Ses cheveux en bataille et sa tenue modeste semblaient témoigner du peu d’intérêt qu’elle portait à son apparence physique, même pour une photo- graphie officielle. 144 Simon Rousseau  C’est qui ? demanda Virgile, brisant son mutisme habituel.  Elle s’appelle Stéphanie Audet. Elle avait 14 ans sur la photo. Elle a tué son père en 1999.  Quel est le rapport avec…  Elle lui a tranché la gorge, puis l’a décapité pour échanger sa tête avec celle de son chien. Un grand chien noir. Le cœur de Vézina fit trois tours. C’était trop gros pour être une coïncidence.  Comment t’as trouvé ça ?  C’est assez particulier, d’échanger les têtes d’un humain et d’un chien, expliqua Jacob en rangeant sa copie de rapport dans son enveloppe. Le sujet a pas été compliqué à chercher, c’est plus l’époque qui était diffi- cile à cerner. J’ai commencé par les années 2000, mais ça n’a rien donné. Ça fait que j’ai aussi fouillé les dossiers d’homicides des années 90. J’ai été chanceux de trouver quelque chose en 1999…

T’es en train de nous dire qu’une ado de 14 ans a été capable de tuer son père, de lui couper la tête et d’as- sassiner aussi son chien ? résuma Luc, incertain d’avoir bien compris.  C’est ça. Elle était pas dans un état normal. D’après les rapports de la cour, elle était en pleine crise.

psychotique. Dans ces cas-là, on dit que c’est possible pour quelqu’un de faire des choses qu’il ne pourrait réussir en temps normal. Stéphanie Audet souffrait de 145 LA BÊTE ORIGINELLE pdf schizophrénie grave depuis déjà quelques années, mais ses parents l’avaient jamais obligé à consulter un psy- chiatre à long terme parce que ça l’avait pas rendue violente.  Jusqu’à ce qu’elle massacre le paternel…, com- menta Claudia. C’est certain que c’est elle qui a fait ça ?  Les preuves ADN de l’époque indiquaient ça, en tout cas. En plus du témoignage de la mère : elle aurait surpris sa fille en train de coller la tête de son chien sur le corps de son père. Le tribunal a jugé Stéphanie non criminellement responsable, étant donné son déséqui- libre mental et son jeune âge. Elle a été enfermée dans un institut pour mineurs jusqu’à ses 18 ans. Après ça, on l’a transférée à Robert-Giffard.  Pis aujourd’hui, elle est où ?  Encore là-bas. J’ai vérifié avant de m’en venir. C’est pour ça que j’étais en retard. J’ai demandé si c’était possible de la rencontrer ; on a rendez-vous avec elle dans moins d’une demi-heure. Quelqu’un vient avec moi ? Claudia s’apprêtait à lever la main, mais Vézina intervint juste avant :  Moi. Les autres, vous faites ce qu’on s’est dit : splittez la liste de Duhaime en quatre et informez-vous sur les noms. Dites-vous que si jamais le tueur n’est pas là-dedans, y a peut-être une future victime qui l’est, elle. Il quitta son poste derrière son bureau et se dirigea.

vers la porte. Lorsqu’il passa à côté de Jacob, il lança :  C’est moi qui conduis. Pis ça me fait mal au cœur de te dire ça, mais… good job ! 146 CHAPITRE 16 Le nom officiel du Centre hospitalier Robert-Giffard, baptisé de la sorte en l’honneur d’un pionnier de la médecine en Nouvelle-France, avait été changé depuis quelques années en Institut universitaire en santé men- tale de Québec, après avoir fusionné en avril 2015 avec le CIUSSS de la Capitale-Nationale. Néanmoins, la plupart des citadins de la plus vieille ville de la province conti- nuaient à l’appeler Institut Robert-Giffard par habitude et pour économiser des syllabes. Situé à Beauport, au nord-est de la ville, l’hôpital dominait la Baie de Beauport par son immensité et sa hauteur. Fondé en 1845, à l’époque où l’on désignait encore de tels hôpitaux par l’expression « asiles pour aliénés », l’établissement à la façade de pierres avait des airs d’ancienne prison ou de séminaire gigantesque. Construit en forme de « U » et constitué de plusieurs ailes répondant à différents besoins, l’hôpital était aussi entouré de son propre cime- tière, où toutes les pierres tombales avaient été rempla- cées par un seul grand monument, ainsi que d’autres pavillons annexes, conférant au site des allures de petit LA BÊTE ORIGINELLE epub campus universitaire magnifique de jour, mais lugubre à souhait de nuit. Vézina et Jacob arrivèrent devant l’Institut vers dix heures. Ils se garèrent dans le stationnement des visiteurs, puis ne purent s’empêcher d’admirer la splen- deur de la bâtisse ; s’il avait été un touriste, Marc aurait.

peut-être même succombé à la tentation d’en prendre quelques clichés. Au sommet de l’immeuble trônait une croix, ultime témoignage de l’influence de la chrétienté sur les instituts médicaux en territoire canadien- français. Cette croix n’était d’ailleurs pas seule. Face à l’entrée du pavillon principal, au centre d’un chemin pié- tonnier circulaire décoré de fleurs, se dressait une statue de Saint Georges, sur le point de planter sa lance dans le cœur d’un minuscule dragon à ses pieds.  Penses-tu qu’il y a une raison précise pour qu’on ait mis cette statue-là ici ? demanda Jacob, question de briser le silence qui perdurait depuis leur départ du commissariat.  Pourquoi y faudrait qu’il y en ait une ? Dans le temps, on foutait des statues de saints partout.  J’sais pas, j’aime croire qu’il y a peut-être un peu de symbolisme derrière ça…  Genre quoi ?  Genre que Saint Georges pourrait représenter la médecine ou la science, pis le dragon pourrait symbo- liser la folie, ou la maladie… Me semble que ça fait plus d’effet de même. 148 Simon Rousseau pdf   Eh boy, Jacob… Une maudite chance que t’es pas devenu poète, c’est certain qu’il aurait fallu qu’on te nourrisse avec nos impôts ! Jacob sourit : il se fichait bien du symbolisme reli- gieux de l’hôpital, il souhaitait seulement diminuer la tension subsistant entre son supérieur et lui. Et ça sem- blait avoir fonctionné un minimum. C’était toujours un excellent truc, pour se faire pardonner de quelque chose :.

laisser au brimé l’occasion de se moquer du blâmé et que ce dernier prenne la tirade avec le sourire. Les policiers pénétrèrent dans l’hôpital, sous les regards curieux de quelques employés profitant de leur pause pour s’intoxiquer les poumons à quelques mètres de leur lieu de travail. Une odeur similaire à n’importe quel hôpital régnait à l’intérieur. Le décor ne divergeait d’ailleurs pas tant que ça de celui des autres instituts que les policiers avaient pu visiter par le passé, même si une aura particulière s’en dégageait. Il était possible de res- sentir le vécu de l’établissement, de percevoir, de manière inexplicable, qu’une quantité colossale de personnes atteintes de toutes sortes de folies avaient passé leur vie ici, qu’une bonne partie d’entre elles y étaient même tré- passées pour finir au cimetière à l’extérieur. Sur leur gauche, un grand cubicule vitré servait d’ac- cueil et de réception, où deux dames pianotaient sur leur clavier d’ordinateur en même temps qu’elles parlaient au téléphone. Quand l’une d’elles eut achevé sa conver- sation, Jacob l’interpella pour signifier la raison de sa 149 Telecharger LA BÊTE ORIGINELLE présence. Apparemment au courant de son éventuelle venue, l’employée reprit son combiné et fit appeler un gardien afin d’escorter les policiers jusqu’à l’aile H, où était censée se trouver Stéphanie Audet. L’institut étant vaste, ils durent longer d’interminables couloirs avant d’atteindre leur destination, où aussitôt des bruits désagréables se mirent à parasiter leurs tympans : râles, cris, rires déments… tous apparemment émis par des patients. Vézina, mal à l’aise, songea automatiquement au film Shutter Island, même si la comparaison entre cet.

institut et celui parcouru par Leonardo Di Caprio pou- vait paraître absurde. L’employé de la sécurité présenta les agents de la paix à un dénommé Olivier, un infirmier barbu, pas très grand, mais tout de même massif, dont les avant-bras étaient couverts de tatouages aux couleurs délavées ; son tatoueur avait nettement moins de talent que celui de Jacob.  Vous êtes l’un des infirmiers responsable de Stéphanie Audet ? demanda Vézina pendant que le gar- dien s’éloignait, son travail accompli.  Disons qu’on n’est pas vraiment « en charge » d’elle. On s’assure juste qu’elle prend sa médication et qu’elle se sente bien ici. Et j’suis pas seul. On est toujours au moins quatre infirmiers de jour, deux de nuit, avec un préposé aux bénéficiaires. Pis y a souvent un éducateur spécialisé ou un travailleur social de disponible pour nous aider. Faut savoir qu’ici, la plupart des patients sont libres ; on est là juste pour les encadrer. 150 Simon Rousseau epub  C’est le cas pour Stéphanie Audet ?  Elle a été internée de force pendant un bon bout de temps à cause de son passé, sauf que ça fait des années que la cour pis les médecins ne la considèrent plus dan- gereuse pour la société. C’est elle qui se sent pas prête. Pis bien franchement, je la comprends. Être dérangé comme elle, je voudrais pas partir pour me faire juger à tout bout de champ par les autres. Même les psys com- prennent sa décision. Ici, au moins, elle a l’air « normale ». Il y a quelques années, on a essayé de la transférer au Centre de traitement et de réadaptation de Nemours.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire